GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Mars
Jeudi 21 Mars
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Aujourd'hui
Lundi 25 Mars
Mardi 26 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • CAN 2019: La Guinée-Bissau et la Namibie qualifiées pour la phase finale en Egypte
    Moyen-Orient

    Syrie: Bachar el-Assad affirme que la guerre dans son pays n'est pas terminée

    media Le président syrien Bachar el-Assad pendant une réunion avec des chefs de conseils locaux à Damas, le dimanche 17 février 2019. SANA/Handout via REUTERS

    Le président syrien Bachar el-Assad a déclaré, dimanche 17 février, que la guerre dans son pays n’était pas terminée et a prévenu les Kurdes, sans les nommer, que les Américains, qui s’apprêtent à se retirer de Syrie, ne les protégeront pas.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Prenant la parole devant les élus locaux des différentes provinces syriennes, Bachar el-Assad a déclaré que son pays livrait « quatre types de guerres » : militaire, économique, informatique et contre la corruption.

    Ne pas miser sur les Américains

    S’adressant aux Kurdes qu’il n’a pas explicitement nommés, le président syrien leur a conseillé de ne pas miser sur les Américains qui ne les protégeront pas, selon lui. Seul l’Etat syrien peut leur apporter la sécurité et la paix, a-t-il dit.

    Bachar el-Assad a lancé des critiques virulentes contre le président turc qu’il a qualifié de « frère musulman ». Recep Tayyip Erdogan n’« est qu’un petit agent des Etats-Unis et il supplie Washington pour qu’il l’autorise à entrer dans le nord de la Syrie », a-t-il déclaré. Le dirigeant syrien a évoqué le partage de son pays et de la région du Levant, affirmant que ce plan n’est pas nouveau.

    « Esclaves de la Turquie »

    Ces propos interviennent alors que la Turquie a exprimé ces dernières semaines son intention d’instaurer une zone frontalière de sécurité large de 30 kilomètres, en territoire syrien. « Si vous n'êtes pas prêts à défendre votre pays, vous ne serez rien d'autre que des esclaves de la Turquie », a dit el-Assad à l’adresse des habitants du nord-est de la Syrie, contrôlé par les milices kurdes et convoité par Ankara.

    (Re) lire : Moscou, Ankara et Téhéran saluent le retrait américain de Syrie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.