GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Moyen-Orient

    Contre l'inflation, l'Etat turc devient marchand de fruits et légumes

    media Vente de fruits et légumes sous une tente installée par les employés de la ville d'Istanbul, le 12 février 2019. OZAN KOSE / AFP

    En Turquie, depuis une semaine, l’Etat s’improvise marchand de légumes à prix cassés. Dans les deux plus grandes villes du pays, Istanbul et Ankara, les mairies tiennent des stands où les Turcs peuvent acheter des tomates, poivrons ou pommes de terre deux à trois fois moins chers qu’ailleurs. L’objectif est double : forcer les commerçants à baisser leurs prix pour juguler l’inflation, qui bat des records ces derniers mois, et calmer le mécontentement des Turcs à moins d’un mois et demi des élections locales.

    De notre correspondante à Istanbul,

    L'initiative des autorités turques pour lutter contre l'inflation devrait durer au moins jusqu’aux élections du 31 mars et se prolonger en ligne, sur le site internet de la Poste turque. Depuis le 14 février, huit variétés de légumes à prix imbattable ont fait leur apparition sur le site de la Poste. Pour l’instant, seuls les habitants d’Ankara, la capitale, peuvent bénéficier de ce service. Comme pour les achats aux stands, le panier des consommateurs ne doit pas dépasser trois kilos. Et les légumes sont pris d’assaut. Le premier jour de vente sur internet, les pommes de terre et les oignons sont partis en quelques minutes. Les autorités prévoient d’ouvrir la boutique en ligne aux habitants d’Istanbul puis à d’autres villes dans les prochains jours.

    La crise turque des années 70

    Ces ventes sur internet visent à écourter les files d’attente devant les stands municipaux. Car les images de ces files, partagées des milliers de fois sur les réseaux sociaux, risquent de se retourner contre le gouvernement. En effet, devant certains stands, il faut parfois près d’une heure de queue pour acheter trois kilos de légumes. Or, ces images-là, en Turquie, en rappellent d’autres, que des internautes n’ont pas tardé à déterrer : celles de la fin des années 1970, une époque où les autorités avaient déjà mis en place ce genre de ventes à prix cassés pour des biens de première nécessité comme l’huile ou les bouteilles de gaz. L’ennui pour l’actuel président, Recep Tayyip Erdogan, c’est qu’il utilise depuis des années ces vieilles images de files d’attente pour vanter, par contraste, le développement économique de la Turquie sous son pouvoir. Les photos des ventes de légumes qui circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux réveillent donc chez les Turcs de vieux fantômes auxquels Recep Tayyip Erdogan ne veut surtout pas être associé.

    Une mesure très critiquée par les Turcs... sur les réseaux sociaux

    Les Turcs se tournent également vers les réseaux sociaux pour critiquer la couverture médiatique de cette mesure gouvernementale. Les grands médias, désormais tous détenus par des hommes d’affaires proches du pouvoir, ont fait des reportages devant les stands de légumes et d’après eux, ils n’y ont rencontré que des Turcs ravis. Un reportage de la chaîne privée Kanal D s’est notamment attiré les foudres des internautes en prétendant que même les producteurs et vendeurs de légumes soutenaient l’initiative du gouvernement. La chaîne avait coupé au montage les critiques des personnes interviewées, qui réclamaient en réalité des aides du gouvernement pour pouvoir baisser leurs prix. Les versions intégrales de ces interviews ont pu circuler grâce aux réseaux sociaux. De même que la vidéo – devenue virale – d’un maraîcher turc qui énumère toutes les charges dont sont dispensées les ventes municipales de légumes avant de conclure : « Si on m’aidait autant, je pourrais vendre moins cher qu’eux ! »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.