GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Lutte contre le groupe EI à Baghouz: «La capitulation ou la mort»

    media Les Forces démocratiques syriennes (FDS) à Baghouz (image d'illustration). REUTERS / Rodi Said

    Des dizaines de civils mais aussi des combattants du groupe Etat islamique se sont rendus dans l'est de la Syrie aux Forces démocratiques syriennes (FDS). Ces forces arabo-kurdes réclament la capitulation des derniers jihadistes jusqu'au-boutistes retranchés dans des tunnels près du village de Baghouz, dernier bastion de l’EI dans la province de Deir Ezzor.

    Dès le début des affrontements dans cette région, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont mis en place un corridor humanitaire. Objectif : permettre aux civils, aux jihadistes et leurs familles qui souhaitent se rendre, d’emprunter ce couloir afin d’être évacués loin des zones de combats.

    Des semaines durant, plusieurs milliers de personnes ont emprunté cette route sécurisée. Mais à mesure que les FDS progressaient et encerclaient les derniers jihadistes, ces combattants du groupe EI ont bloqué toutes les sorties du village de Baghouz, préférant se servir des civils comme bouclier humain.

    La « capitulation ou la mort »

    Les jihadistes ont souhaité également être évacués vers Idleb, une autre province syrienne sous le contrôle d’un groupe affilié à al-Qaïda. Refus catégorique des Forces démocratique syriennes. Contacté par RFI, leur porte-parole précise : « Ce sera la capitulation ou la mort. »

    Selon les FDS, au moins 1 000 civils seraient toujours bloqués, pris en otage dans cette dernière poche où sont retranchés des jihadistes, majoritairement étrangers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.