GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Exécutions en Egypte: Erdogan s'en prend vivement à Sissi

    media Le président Erdogan (ici le 5 février 2019) a qualifié son homologue égyptien de «putschiste». Adem ALTAN / AFP

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi après l'exécution, mercredi 20 février, de neuf hommes condamnés pour l'assassinat du procureur général égyptien en 2015.

    Recep Tayyip Erdogan a adressé une fin de non-recevoir à ceux qui manœuvrent en coulisses, depuis plusieurs années, pour un rapprochement avec Abdel Fattah al-Sissi. Le président turc a refusé une fois de plus, en des termes virulents, d’établir des relations avec son homologue égyptien, qu’il n’a jamais rencontré depuis son arrivée au pouvoir au Caire.

    « Jamais je ne m'entretiendrai avec quelqu'un comme lui », a tranché Recep Tayyip Erdogan en réponse à l’exécution de neuf condamnés à mort en Egypte. « On va nous dire que c'est une décision de justice. Mais là-bas, la justice, les élections, tout cela, c'est des bobards », a fustigé le président turc, qualifiant le régime égyptien d’« autoritaire, voire totalitaire » et le président al-Sissi de « putschiste ».

    Ces neuf personnes avaient été condamnés à mort le 25 novembre dernier pour l'assassinat en 2015 du procureur général égyptien, tué dans l'explosion d'une voiture piégée au passage de son convoi au Caire. L'attentat n'avait pas été revendiqué mais la police avait par la suite annoncé avoir arrêté des membres des Frères musulmans, une organisation classée terroriste par le pouvoir égyptien.

    Si Recep Tayyip Erdogan affirme agir par principe et fait souvent le parallèle entre le renversement du président Mohamed Morsi en 2013 et la tentative de coup d’Etat dont il a lui-même été victime en 2016, c’est surtout le dossier des Frères musulmans qui envenime les relations entre Le Caire et Ankara. Depuis la chute de Morsi, la Turquie est devenue l’une des principales terres d’exil pour les membres de la confrérie, rappelle notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer. Recep Tayyip Erdogan a d’ailleurs appelé à la libération de tous les Frères musulmans détenus en Egypte avant d’accepter de s’afficher avec Abdel Fattah al-Sissi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.