GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: 20 jihadistes étrangers remis à l'Irak dont 13 Français

    media A Baghouz, les combattants de l'Etat islamique ne tiennent plus que quelques pâtés de maisons. (Photo d'illustration prise le 22 février, près du village de Baghouz). REUTERS/Rodi Said

    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui combattent l'organisation Etat islamique avec l'appui de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, ont remis à l'Irak plus de 20 jihadistes étrangers, dont 13 Français, a-t-on appris dimanche 24 février de deux sources militaires irakiennes. Ce transfert de détenus intervient alors que le président américain Donald Trump et les combattants kurdes font pression sur les capitales européennes pour qu'elles rapatrient leurs ressortissants capturés pendant la campagne militaire contre l'organisation Etat islamique en Syrie.

    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), qui combattent dans l'est du pays l'Etat islamique, ont remis à l'Irak 20 jihadistes étrangers parmi lesquels se trouvent 13 Français et un étranger résidant en France. Ce transfert aurait eu lieu jeudi dernier. 

    Parmi ces jihadistes livrés à Bagdad, il y a 13 citoyens français et un étranger qui résidait en France. Les services de renseignements irakiens et ceux de la coalition internationale, disposent de preuves. Ces services ont trouvé des documents importants dans la province de Ninive en Irak, qui attestent que ces jihadistes français ont bien combattu sur le territoire irakien. Mais en 2017 (avec la chute de Mossoul) ces jihadistes ont pris la fuite et se sont réfugiés en Syrie où finalement ils ont été capturés ces derniers jours par les Forces démocratiques syriennes. Bagdad, a donc demandé à la coalition internationale, de les transférer vers l’Irak afin qu’ils soient jugés et condamnés pour terrorisme ici en Irak.

    Hisham al Hashemi, expert irakien des mouvements jihadistes 25/02/2019 - par Sami Boukhelifa Écouter

    Les FDS, dominées par des combattants kurdes et soutenues par une coalition internationale anti-EI dirigée par les Etats-Unis, ont suspendu ces derniers jours leur offensive afin d'éviter un bain de sang. Ils accusent en effet les jihadistes d'utiliser les civils comme « boucliers humains » dans une poche de moins d'un demi-kilomètre carré dans le village syrien de Baghouz, près de la frontière irakienne.

    Cela fait déjà un moment que Donald Trump et les combattants kurdes font pression sur les capitales européennes afin qu'elles se décident à rapatrier leurs ressortissants capturés en Syrie.

    Le président irakien, Barham Saleh, en visite officielle à Paris ce lundi 25 février, a déclaré que ces treize éléments « accusés d'avoir commis des crimes contre des Irakiens, des installations irakiennes en Irak »,« seront jugés selon la loi irakienne, et c'est ce que le droit international reconnaît ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.