GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Mars
Samedi 16 Mars
Dimanche 17 Mars
Lundi 18 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 20 Mars
Jeudi 21 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Yémen: les plus gros contributeurs de l'aide sont impliqués dans le conflit

    media Le convoi des Nations Unies et du Programme alimentaire mondial franchit la zone contrôlée par les Houthis vers celle contrôlée par le gouvernement pour atteindre la banlieue est d'Hodeïda, le 26 février 2019. REUTERS/Abduljabbar Zeyad

    Les Nations unies sont au chevet du Yémen. Pour la troisième année de suite, l'ONU lance un appel aux fonds pour venir en aide aux millions de personnes touchées par le conflit. Les pays donateurs ont promis 2,6 milliards de dollars. C'est 30% de plus que l'an passé. Le paradoxe, c'est que les plus gros contributeurs sont aussi ceux qui sont impliqués dans le conflit.

    Avec notre correspondant à Genève,  Jérémie Lanche

    Deux pays ont particulièrement mis la main à la poche cette année : l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis. Soit les deux pays qui ont engagé le plus de troupes contre les rebelles houthis. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Gutteres réfute l'idée d'un conflit d'intérêts :

    « L'aide humanitaire sera distribuée de manière impartiale, neutre et indépendante. Ça veut dire qu'elle aura un impact à la fois pour les zones contrôlées par le gouvernement, mais aussi pour celles contrôlées par le mouvement Ansar Allah (les Houthis, NDLR). Sans aucune discrimination. De ce point de vue, je ne vois pas de contradiction avec les engagements pris aujourd'hui », a déclaré Antonio Gutteres.

    Le patron de l'ONU préfère donc voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide. 20 millions de Yéménites sont dans le besoin. Dont 10 millions au bord de la famine.

    L'accord entre les deux camps pour se désengager du port stratégique d'Hodeïda où transite l'aide humanitaire tarde toujours à se concrétiser. L'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Martin Griffiths est d'ailleurs arrivé ce mardi dans la capitale Sanaa pour tenter de débloquer la situation.

    Lire aussi : La troisième conférence des pays donateurs sur le Yémen s'ouvre à Genève

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.