GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La troisième conférence des pays donateurs sur le Yémen s'ouvre à Genève

    media Hodeïda est une ville stratégique, car son port est le point d’entrée des trois quarts de l’aide humanitaire internationale qui arrivent au Yémen. REUTERS/Abduljabbar Zeyad

    L'an dernier, l'ONU avait récolté pour deux milliards de dollars de promesses, sur les trois qu'elle demandait. Cette année, il faut quatre milliards de dollars. Après quatre ans de guerre, la situation est chaque jour plus catastrophique au Yémen.

    Ce mardi 26 février, à Genève, se tient la troisième conférence des pays donateurs sur le Yémen où la guerre continue entre les rebelles houthis et la coalition menée par l'Arabie saoudite. La réunion sera notamment ouverte par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres et la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström.

    L'année dernière, plus de deux milliards de dollars avaient été récoltés sur les trois milliards demandés. Mais cette année, les besoins sont plus importants.

    « Globalement, l’ensemble des agences de l’ONU cette année, en 2019, auront besoin de plus de quatre milliards de dollars, dont un milliard et demi uniquement pour le Programme alimentaire mondial, uniquement pour un support alimentaire urgent pour ces personnes », explique à RFI Herbé Verhoosel, porte-parole du PAM.

    Car sur le terrain, le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire a nettement augmenté. Elles sont désormais 20 millions sur les 39 millions de citoyens que compte le pays. « Il n’y a pas de salaire, il n’y a pas de nourriture qui rentre dans le pays, il n’y a pas assez de médicaments, de médecins, d’infrastructures, poursuit Herbé Verhoosel. A cause de l’insécurité, il y a des régions auxquelles nous ne pouvons pas accéder facilement. »

    Hodeïda, port stratégique

    Hodeïda et son port en sont les exemples types. Plus de 90 % des aliments sont importés au Yémen, et 70 % de ces aliments sont importés par bateaux et transitent par cette ville. Or, en raison des combats, il y a une diminution drastique du nombre de bateaux.

    Le porte-parole du PAM espère ainsi « que les accords de ces derniers jours pour le retrait militaire de la région vont remotiver les compagnies maritimes pour venir délivrer cette nourriture et redynamiser le marché local ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.