GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Hamza ben Laden, l'héritier

    media Hamza ben Laden, le fils d'Oussama ben Laden, a été déchu de sa nationalité saoudienne. FEDERATION FOR DEFENSE OF DEMOCRACIES / AFP

    L’Arabie saoudite a retiré sa nationalité au fils d’Oussama ben Laden. Jeudi 28 février, le département d’Etat américain avait promis une récompense pouvant atteindre un million de dollars contre toute information permettant de localiser celui qui est pressenti pour devenir le nouveau chef du jihad mondial anti-occidental.

    Hamza ben Laden n’est plus un citoyen saoudien. C’est ce que rapportait vendredi 1er mars le journal officiel en Arabie saoudite, suite à un décret royal en date du 22 février. Une information à mettre en perspective avec l’annonce, jeudi 28 février, du département d’Etat américain qui promet une récompense d’un million de dollars en échange de renseignements sur le fils d’Oussama ben Laden.

    Le jeune homme, âgé d’une trentaine d’années, inquiète de plus en plus Washington. Il est présenté comme un « dirigeant-clé » d’al-Qaïda, organisation terroriste fondée en 1988 et dirigée par son père, ayant notamment revendiqué les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

    « Depuis au moins août 2015, il a publié des messages audio et vidéo sur internet appelant à lancer des attaques contre les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux, et il a menacé de lancer des attaques contre les Etats-Unis pour se venger de la mort de son père », écrit la diplomatie américaine dans un communiqué.

    Le « fils préféré » d’Oussama Ben Laden

    Les suspicions de Washington s’appuient également sur des documents saisis en 2011, lors du raid à Abbottabad au Pakistan, au cours duquel Oussama ben Laden avait été tué. L’ex-leader d’al-Qaïda parlait d'Hamza ben Laden comme étant son « fils préféré ». Il plaçait beaucoup d’espoir en lui.

    Selon des spécialistes des groupes islamistes, Hamza ben Laden est actuellement à la tête du groupe Ansar al-Fourqan, qui attire depuis quelques mois en Syrie les combattants les plus endoctrinés d'al-Qaïda mais aussi de l'organisation jihadiste rivale Etat islamique.

    Considéré comme un terroriste par les Etats-Unis

    Face aux leaders vieillissants d’al-Qaïda, la jeunesse d’Hamza ben Laden est perçue comme un réel danger. Il pourrait insuffler une nouvelle dynamique au réseau terroriste, toujours influent dans différentes parties du globe. Son nom figure d’ailleurs sur la liste noire de ceux que les Etats-Unis considèrent comme des terroristes internationaux.

    Pour l’heure, impossible de savoir où se trouve Hamza ben Laden. Il pourrait être en Syrie, en Afghanistan ou en Iran, là où il s’est marié en 2007. Les extraits vidéo de cette cérémonie restent les seules images de lui à l’âge adulte. Il aurait épousé la fille de l’un des pilotes de l’air des attentats du 11-Septembre, qui ont fait plus de 3 000 victimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.