GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: attaque chimique sur Douma en 2018, confirme l'OIAC

    media L'OIAC, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, enquête sur place en Syrie. Ici, le 23 avril à Douma, dans la Ghouta orientale. REUTERS/ Ali Hashisho

    Une attaque à la chlorine, un agent chimique toxique, a bel et bien été menée le 7 avril 2018 dans la ville syrienne de Douma. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a rendu son rapport final hier, vendredi 1er mars. Il confirme les conclusions provisoires avancées il y a plus de six mois. Le rapport ne désigne pas de responsable mais les ministres des Affaires étrangères britanniques et français ont ouvertement demandé hier au régime syrien de mettre fin à son programme d'armes chimiques.

    « Nous restons déterminés à demander justice pour les victimes », affirme le chef de la diplomatie britannique, qui a été le premier à réagir. Jeremy Hunt exige que la Syrie tienne sa promesse de détruire l'intégralité de ses armes chimiques. Une promesse faite, il y a six ans déjà après une attaque au gaz sarin dans la région de la Ghouta qui avait fait 1 400 morts.

    La Russie, fidèle allié du régime de Bachar al-Assad a, elle, rejeté le rapport de l'OIAC, dénonçant une mise en scène faite pour accuser le régime syrien. A l'époque de cette enquête, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) n'était pas autorisée à désigner un responsable, mais elle a tout de même pu rejeter la version du régime syrien selon lequel le gaz provenait d'une présumée installation d'armes chimiques rebelles.

    Les équipes d'inspecteurs n'ont pu accéder à la ville que plusieurs semaines après l'attaque. Les échantillons prélevés permettent tout de même d'affirmer que deux cylindres contenant du gaz toxique sont tombés sur le toit d'une résidence à Douma, causant une quarantaine de morts.

    (à)relire: Attaque chimique en Syrie: des experts de l'OIAC à Douma

    Depuis, l'OIAC a reçu le droit d'enquêter sur la responsabilité de toutes les attaques chimiques menées en Syrie depuis 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.