GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: à la rencontre de familles de jihadistes ayant survécu aux affrontements

    media Les familles des jihadistes de Baghouz, qui ont fui les combats, sont rassemblées dans un camp de fortune géré par la coalition et les forces arabo-kurdes. REUTERS/ Rodi Said

    Dans l'est de la Syrie, le groupe Etat islamique est défait. Son dernier bastion, le village de Baghouz, résiste toujours, mais certainement plus pour longtemps. Selon les forces kurdes qui mènent l’offensive, durant les dernières quarante-huit heures, près de 7 000 personnes - des jihadistes, leurs femmes et leurs enfants - se sont rendues. Elles sont dans un point de rassemblement en plein désert.

    Avec notre envoyé spécial en Syrie,  Sami Boukhelifa

    Les femmes et les enfants uniquement ; les hommes sont tenus à l’écart. Les forces américaines ont dressé à cet endroit un centre d’interrogatoire en plein air. Les combattants sont très vite placés en détention.

    Sur place, les femmes peuvent se promener librement. Des silhouettes noires en niqab poussiéreux font la queue au pied des camions d’aide alimentaire. Beaucoup d’hostilité perceptible, l'idéologie extrémiste est intacte.

    « Le califat demeurera, ce n’est qu’une épreuve que nous traversons », crie l’une d’entre elles. Et d'ajouter : « Soyez maudits, vous le payerez un jour. » Parmi ces jihadistes, quelques Françaises. Ni repentance, ni regret.

    Province de Deir Ezzor, 5 mars 2019. Bulent KILIC / AFP

    Au milieu de ce paysage de désolation, une jeune Française arrivée en 2014

    C’est l’intensification des combats, ces derniers jours, qui les a poussées à se rendre. Leurs enfants sont dans un état déplorable. Les conditions d’hygiène sont catastrophiques. Une odeur nauséabonde se dégage de ce camp de fortune.

    Ces familles restent sur place vingt-quatre heures. Le temps de vérifier qu’elles ne représentent plus aucun danger. Elles sont ensuite envoyées vers le camp de déplacés d’al-Hol, dans la province de Hassaké, dans l’est de la Syrie.

    Une jeune Française est assise à même le sol. Autour d’elle, ses trois enfants et deux béquilles. Elle a pris une balle à la jambe. Originaire du sud de la France, la trentenaire refuse catégoriquement d’être rapatriée, explique-t-elle à RFI.

    témoignage
    Son mari est toujours à Baghouz, mais elle a dû renoncer au califat à cause d'une blessure 06/03/2019 - par Sami Boukhelifa Écouter

    ► Vidéo : A Baghouz, les combattants de l'EI pris sous un déluge de feu

    Dorothée Maquere, femme du jihadiste français Jean-Michel Clain. Province de Deir Ezzor, le 5 mars 2019. Delil SOULEIMAN / AFP

    à (re)lire: Le jihadiste français Jean-Michel Clain tué en Syrie, selon son épouse

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.