GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Esplanade des Mosquées: Amman s'oppose à la fermeture d’une salle de prière

    media La mosquée Al-Aqsa, le 14 mars 2019. Elle est située sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, partie palestinienne occupée et annexée par Israël. REUTERS/Ammar Awad

    La salle de prière de la porte de la Miséricorde devra fermer. C’est la décision prise par un tribunal israélien dimanche 17 mars. Cette salle se situe dans le complexe de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, lieu saint pour les juifs et les musulmans et lieu de nouvelles tensions ces dernières semaines. Cette décision de justice irrite beaucoup la Jordanie, le royaume voisin qui administre les lieux saints musulmans et chrétiens de Jérusalem. La Jordanie déploie d’importants efforts diplomatiques pour s’y opposer.

    Avec notre correspondant à Amman,  Jérôme Boruszewski

    La justice israélienne a pris une décision illégale pour la Jordanie, car la mosquée Al-Aqsa est située à Jérusalem-Est dans les Territoires palestiniens occupés, elle ne doit donc pas être soumise à l’autorité judiciaire israélienne, argumente le ministère jordanien des Affaires étrangères.

    Le ministère rappelle que seul le Conseil du Waqf, c’est-à-dire la fondation qui administre les lieux saints musulmans de Jérusalem et dont les membres sont désignés par la Jordanie, a compétence pour gérer les affaires de la mosquée. Le gouvernement jordanien demande donc à la justice israélienne d’annuler sa décision.

    Dans le même temps, le Parlement jordanien s’est aussi saisi de la question et il doit se réunir en urgence, lundi, en présence du Premier ministre pour débattre de la décision israélienne de fermer la salle de prière de la porte de la Miséricorde.

    Depuis le mois dernier, la diplomatie jordanienne est mobilisée sur ce sujet sensible. Fin février, elle s’était félicitée d’avoir obtenu par la négociation la libération de deux dignitaires du Waqf après leur brève arrestation. Elle ne cesse de dénoncer les violences qui ont eu lieu sur l’esplanade des Mosquées ainsi que, selon elle, les provocations de la part d’Israël.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.