GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Golan: après les déclarations de Trump, la Syrie monte au créneau

    media Sur les hauteurs du Golan, le 11 mars 2019, Benyamin Netanyahu, Premier ministre israélien avec le sénateur républicain Lindsey Graham et l'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman. REUTERS/Ronen Zvulun

    L’annonce de Donald Trump en faveur d’une reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur la partie du plateau du Golan syrien occupé en 1967 a suscité une réaction ferme de la part du gouvernement syrien et de ses alliés. Le Hezbollah libanais, lui, n’a toujours pas réagi.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalife

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé, ce vendredi 22 mars, « des propos irresponsables » et le « soutien aveugle des Etats-Unis » à Israël.

    Un communiqué publié par la diplomatie syrienne qualifie les propos de Donald Trump suggérant de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan de « violation flagrante des lois internationales ».

    Selon Damas, « les déclarations du président américain ne changeront pas la réalité que ce plateau était et restera toujours arabe syrien et que le peuple syrien est déterminé à le libérer par tous les moyens disponibles ».

    Pour le Kremlin, la position du président américain « déstabilise la région » et « n’aide pas à faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient ».

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jawad Zarif, a écrit dans un tweet que « tout le monde est choqué par le fait que Donald Trump continue d’offrir à Israël ce qui ne lui appartient pas ».

    Silence à Beyrouth

    Silence en revanche à Beyrouth, aussi bien du côté du Hezbollah, qui n’a toujours pas réagi, que des dirigeants libanais. Ceux-ci ont déjà du pain sur la planche avec le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, qui est arrivé à Beyrouth ce vendredi pour une visite placée, entre autres, sous le titre de la lutte contre l’influence iranienne au Liban.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que Donald Trump ne lui facilite pas la tâche avec ses propos sur le Golan.

    A (re)lire: Le Golan, un enjeu territorial, diplomatique et stratégique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.