GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Juin
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Aujourd'hui
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Naufrage à Mossoul: après le drame, la colère des familles

    media Des hommes quittent la morgue avec le corps d'un naufragé du bac qui a chaviré sur le Tigre, le 22 mars 2019, à Mossoul. REUTERS/Ari Jalal

    A Mossoul, la douleur se mêle à la colère. 100 personnes ont perdu la vie jeudi 21 mars dans les eaux du Tigre. Femmes, hommes et enfants se rendaient dans un parc de loisir pour célébrer le Nouvel An kurde. Le bac surchargé a chaviré. Vendredi, les habitants de la deuxième ville d'Irak ont laissé s'exprimer leur colère face au président irakien et au gouverneur de la région, venus se recueillir sur le bord du Tigre. Selon les manifestants, cet accident est une conséquence de la corruption et du laisser-aller dans la région.

    Ce vendredi sur les lieux du drame, la voiture du gouverneur de la province de Ninive a reçu plusieurs pavés lancés par des manifestants. Ces derniers réclament sa démission. Ali Al Baroodi est professeur à l'université de Mossoul. Il est fatigué de voir des autorités s'enrichir dans la corruption et laisser la tragédie s'abattre sur la population.

    « La majorité des victimes a des femmes et des enfants ; nous sommes complètement choqués parce que la ville sort tout juste d'une guerre terrible ou des milliers de personnes ont été tuées. Des milliers d'autres ont été exécutées par l'Etat islamique lorsque le groupe occupait la ville. Notre colère est complète. »

    Le bac qui a chaviré été surchargé. Pour les familles de victimes, le manque de contrôle des procédures de sécurité est un symbole de la corruption généralisée dans le pays, des passe-droits accordés à des hommes d'affaires comme le propriétaire du bateau.

    Depuis la victoire de l'armée irakienne sur l'Etat islamique il y a bientôt deux ans, les Mossouliotes tentent de reconstruire leur vie. Les familles vivent dans l'insécurité et se sentent abandonnées. Elles accusent les autorités de la région de détourner l'argent prévu pour la reconstruction et s'inquiètent de la multiplication des milices rendues toutes puissantes par leur participation à la victoire contre l'Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.