GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Les Kurdes de Syrie demandent un tribunal spécial pour les membres de l'EI

    media Photo prise le 24 mars 2019 de combattants du groupe État islamique (EI) qui se sont rendus aux Forces démocratiques syriennes (SDF), à Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie. GIUSEPPE CACACE / AFP

    Les Kurdes de Syrie demandent la création d’un tribunal spécial pour juger les jihadistes ayant combattu dans les rangs du groupe EI. Les pays d’origine des hommes actuellement détenus n’ont pas esquissé d’initiative concrète pour les rapatrier malgré les demandes des Kurdes et ceux-ci demandent donc la création d’un tribunal international pour les juger. Une perspective en théorie possible à réaliser mais le chemin est semé d’embûches diplomatiques.

    Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Bénazet

    Depuis les tribunaux de Nuremberg et Tokyo après la guerre, la création de cours spéciales a été utilisée à plusieurs reprises pour juger de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. La liste en est relativement longue. Outre l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, il faut ajouter la Sierra Leone, le Liban ou encore le Cambodge. Très souvent localisés aux Pays-Bas, ces tribunaux spéciaux ou « tribunaux ad hoc », selon l’expression consacrée, ont été constitués sur une base de droit international avec quelquefois un ajout de droit national.

    Pour simplifier la lutte contre l’impunité, la Cour pénale internationale a été ensuite établie, mais la Syrie n’a pas ratifié ses statuts et la procureure de la CPI a conclu que la Cour n’avait pas compétence pour les crimes de l'EI en Syrie. Pour qu’elle puisse les juger, il faudrait que le Conseil de sécurité de l’ONU s’en saisisse, mais Russie et Chine ont mis leur veto.

    Pour contourner ce casse-tête diplomatique, certains voudraient que l’Assemblée générale de l’ONU décide d’étendre le mandat du Mécanisme international, impartial et indépendant (MIII) qui est pour l’instant chargé de collecter des preuves et pourrait éventuellement être transformé en tribunal.

    → RELIRE : Crimes de guerre en Syrie: la juge française Catherine Marchi-Uhel va enquêter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.