GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    L'ONU condamne l'annexion du Golan et met en garde Washington

    media L'ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre, au siège de l'ONU, à New York (photo d'archives). REUTERS/Brendan McDermid

    Quarante-huit heures après la reconnaissance par l’administration Trump de la souveraineté d’Israël sur le plateau occupé du Golan, les protestations internationales sont toujours aussi vives. Lors d’une réunion consacrée au Proche-Orient à l’ONU mardi 26 mars, les diplomates ont une nouvelle fois condamné la décision américaine et prévenu des conséquences déstabilisatrices de cette reconnaissance pour la région.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Seul contre tous. L’ambassadeur américain à l’ONU, Jonathan Cohen, a tenté de justifier la reconnaissance unilatérale par Washington de l’annexion du Golan par Israël : « Permettre le contrôle du Golan par les Syriens et le régime iranien reviendrait à fermer les yeux sur les atrocités commises par le régime d’Assad et la présence déstabilisatrice de l’Iran dans la région. Pour l’administration américaine, il est très clair qu’il ne peut y avoir d’accord de paix qui ne prendrait en compte la sécurité d’Israël sur le plateau du Golan. »

    Un projet de paix qui inquiète

    Mais cet accord de paix, que les Américains devraient présenter à l’issue des élections du 9 avril en Israël, inquiète les chancelleries occidentales qui redoutent que Washington ne s’affranchisse une nouvelle fois des paramètres déjà agréés par la communauté internationale. « Ces paramètres ne sont pas des options ou un menu dans lequel il serait possible de piocher à sa guise. Ils sont, pris dans leur ensemble, le socle incontournable de tout plan de paix et de toute négociation à venir », a déclaré François Delattre, le représentant français.

    Justifier d'autres annexions

    Les diplomates craignent aussi que cette reconnaissance - en violation des textes internationaux - ne serve de précédent pour justifier d’autres annexions comme en Crimée, par exemple.

    La Syrie a par ailleurs fait savoir qu’elle demandait au Conseil de sécurité de se réunir en urgence sur la question du Golan dont elle revendique toujours le contrôle.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.