GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: près de 31 000 réfugiés irakiens vont être rapatriés dans leur pays

    media Femmes et enfants fuyant le village de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, en Syrie, le 14 mars 2019 (Photo d'illustration). REUTERS/Issam Abdallah

    Les autorités kurdes en Syrie ont annoncé jeudi 11 avril avoir conclu un accord avec Bagdad pour le rapatriement de milliers de ressortissants irakiens vivant dans les camps de déplacés du nord-est syrien, où ont récemment été accueillies des familles de combattants du groupe État islamique.

    De notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le nombre de ressortissants irakiens qui seront rapatriés dans leur pays est estimé à 31 000. Il s’agit de civils dont de nombreux enfants seuls, des personnes âgées ou handicapées et des femmes enceintes. La plupart viennent de Baghouz, le dernier fief du groupe État islamique, d’où plus de 60 000 personnes avaient été évacuées entre décembre et mars derniers, au plus fort de l’offensive contre le groupe jihadiste. Ces déplacés sont actuellement logés dans des camps érigés par les autorités kurdes dans l’est de la Syrie.

    Une délégation du gouvernement irakien a visité certains de ces camps et a rencontré les responsables kurdes pour discuter des modalités de ce rapatriement. « Pour l’instant, 4 000 personnes se sont inscrites pour profiter de cet accord », a déclaré à l’AFP Mahmoud Kero, le responsable des camps.

    Le début des transferts attend l’ouverture de la frontière par les autorités irakiennes. Cette opération s’étalera sur plusieurs mois car l’infrastructure pour accueillir ce nombre de déplacés n’est pas encore prête en Irak, où ces familles ont souvent tout perdu.

    Une grande partie de cette population vient des provinces de Ninive et de Salah ad-Din, d’anciens fiefs du groupe État islamique qui ont subi d’importantes destructions pendant la guerre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.