GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: 900 jihadistes rapatriés de Syrie pour être jugés

    media Photo prise le 24 mars 2019 de combattants du groupe État islamique (EI) qui se sont rendus aux Forces démocratiques syriennes (SDF), à Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie. GIUSEPPE CACACE / AFP

    Après avoir jugé des milliers d'Irakiens accusés d'appartenance à l'État islamique (EI) l'Irak s'apprête à en juger 900 autres arrêtés récemment par les Forces démocratiques syriennes (FDS). À Bagdad, des combattants étrangers passent également par ces tribunaux malgré d'intenses critiques venant des organisations de défense des droits de l'homme.

    Qu'elle soit étrangère ou irakienne, Bagdad est prête à juger toute personne soupçonnée de terrorisme. Face à l'embarras des pays occidentaux quant au sort de leurs ressortissants partis faire le jihad en Syrie, les autorités irakiennes ont d'ailleurs récemment proposé une solution : elles s'occuperaient de les juger en échange de deux milliards de dollars avec de possibles frais additionnels.

    En ce qui concerne les Irakiens arrêtés de l'autre côté de la frontière, ils sont déjà en route vers les tribunaux bagdadiens. Ils sont officiellement 900 et seront jugés par petits groupes.

    Pourtant depuis 2017 et l'annonce de la victoire irakienne contre le groupe État islamique, les organisations de défense des droits de l'homme s'époumonent : les procès sont bâclés, basés sur des aveux souvent obtenus sous la torture.

    Le travail de mémoire d'après-guerre ne peut donc pas se faire correctement ce qui risque d'empêcher la reconstruction aussi bien des victimes que du pays qui reste très instable.

    Ce processus judiciaire encourage par exemple la délation. Certaines familles sunnites se retrouvent ainsi expropriées dans l'unique but de loger d'autres personnes dans leur propriété.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.