GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    [Reportage] Au Kurdistan irakien, les Yézidis célèbrent la nouvelle année

    media En Irak, les Yézidis allument des bougies et des lampes à pétrole lors d'une cérémonie célébrant le Nouvel An au temple Lalesh, dans la province de Duhok, le 16 avril 2019. REUTERS / Ari Jalal

    Au Kurdistan irakien, la communauté yézidie célèbre la nouvelle année. Pour cette religion ancestrale, issue de la Perse antique, nous sommes désormais en l’an 6769, date de la création de l’univers. Victimes d’un génocide par Daesh, les Yézidis affluent par milliers depuis mardi soir, 16 avril, au temple de Lalesh, leur sanctuaire, pour se recueillir et prier pour les milliers de disparus. Reportage.

    Avec notre envoyé spécial à Lalesh,  Noé Pignède

    Au cœur des montagnes, dans le temple de Lalesh, l’heure est aux retrouvailles pour la communauté yézidie. Depuis la fin de la guerre contre Daesh, la plupart des familles vivent disséminées dans des camps de réfugiés.

    Hamo, les yeux bleus, casquette vissée sur la tête, est venu retrouver ses cousins et fêter la nouvelle année. « Ici, nous sommes dans un lieu sacré. La célébration du Nouvel An est très importante pour nous. Les anciens, il y a des milliers d’années, célébraient déjà cette fête. Nous l’avons toujours célébrée et nous n’abandonnerions cette tradition pour rien au monde », assure-t-il.

    Des dizaines de bougies scintillent dans la nuit noire, symbole de paix et de prospérité. Ici, la plupart des Yézidis ont un membre de leur famille toujours porté disparu, victime du génocide perpétré par l’organisation État islamique.

    « Tous les jours, nous prions pour qu’ils reviennent, poursuit Hamo. Mais malheureusement, ce n’est pas entre nos mains. Ils ont été enlevés, beaucoup ont été tués ou violés. Personne ne peut comprendre ce qu’il leur est arrivé. Nous sommes venus pour prier pour eux, pour les Yézidis, et pour nos familles. J’espère que Dieu les ramènera. »

    Près de 3 000 Yézidis manquent toujours à l’appel. Depuis la chute du dernier territoire de Daesh, il y a un mois, l’espoir de retrouver un jour leur trace s’amenuise. Ce mardi, 500 corps ont été retrouvés dans un charnier au nord de l’Irak.

    À lire aussi : Irak: exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.