GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tour d’Europe des résultats et décryptage avec nos invités en studio, nos correspondants et envoyés spéciaux de 7h à 9h (heure de Paris, 5h-7h TU)

    Moyen-Orient

    Irak: les Yézidis fêtent le nouvel an dans le deuil des victimes de Daech

    media Les Yézidis irakiens dans leur sanctuaire de Lalesh, mardi 16 avril 2019. REUTERS/Ari Jalal

    Au Kurdistan Irakien, la communauté yézidie célèbre la nouvelle année. Pour cette religion ancestrale, issue de la Perse antique, nous sommes désormais en l’an 6769, date de la création de l’univers. Victimes d’un génocide par Daech, des milliers de Yézidis se sont réunis dans leur sanctuaire de Lalesh ce mercredi 17 avril pour fêter la nouvelle année et prier pour les disparus. Reportage.

    Avec notre envoyé spécial à Lalesh,  Noé Pignède

    Alors que les Yézidis fêtent la nouvelle année, Hanan préfère rester à l’écart assise sur une marche en pierre du temple de Lalesh, le visage fermé. La plupart de ses proches n’ont pas survécu aux crimes de masse de l’organisation État islamique.

    « 58 membres de ma famille ont été kidnappés par Daech. 9 ont été assassinés lors du massacre de Kocho. Les autres sont toujours portés disparus. Seules 5 femmes sont revenues. Les jihadistes les avaient torturées et violées », raconte-t-elle.

    Les larmes coulent sur les joues de la jeune femme. Les cheveux recouverts d’un voile blanc, elle prie pour les victimes du génocide.

    « Mon cœur est brisé. Je pense à tous ceux qui ont souffert. Ceux qui sont revenus de l’enfer traumatisés, tous ces orphelins dont Daesh a tué les parents. Ils sont des milliers et personne ne leur vient en aide. Ils n’ont rien à boire ni à manger ni même de vêtements. Il n’y a pas d’aide humanitaire. Il faut que la communauté internationale nous soutienne. Nos villages sont tous détruits. Il faut nous aider à nous reconstruire », dit-elle.

    Ce soir, Hanan retournera dans un camp de réfugiés où elle vit désormais. Comme elle, un tiers des Yézidis ne peuvent toujours pas rentrer chez eux, un an et demi après la fin de la guerre.

    À lire aussi : [Reportage] Au Kurdistan irakien, les Yézidis célèbrent la nouvelle année

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.