GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Sommet en Irak: Bagdad joue le médiateur dans une région profondément divisée

    media Des hauts fonctionnaires des Parlements des pays voisins de l'Irak réunis en sommet à Bagdad, le 20 avril 2019. Iraqi parliament media office/Handout via REUTERS

    Bagdad continue de jouer le médiateur entre ses voisins rivaux. Ce samedi 20 avril, un sommet entre les différents chefs des Parlements du Moyen-Orient avait lieu dans la capitale irakienne. Une opération diplomatique compliquée, tant la région reste divisée.

    Avec notre correspondant à Erbil, Noé Pignède

    À l’ordre du jour de ce sommet : le développement politique et économique de la région, et la lutte contre le terrorisme. Les chefs des Parlements saoudien, koweïtien, syrien, jordanien et turc étaient autour de la table ainsi qu'un haut responsable iranien. Des pays aux intérêts divergents.

    L’occasion pour l’Irak, de se poser à nouveau en garant de la stabilité régionale. Une équation diplomatique compliquée pour Bagdad, qui tente d’un côté de renforcer ses relations avec l’Arabie saoudite, alliée des États-Unis, et de l’autre, de préserver ses liens avec le régime iranien.

    Depuis 2016, le dialogue est rompu entre Riyad et Téhéran. Les deux grandes puissances régionales soutiennent des groupes rivaux dans la guerre en Syrie, comme dans le conflit au Yémen.

    Seconde difficulté, la question du soutien au régime syrien. Bagdad souhaite un retour de Bachar el-Assad au sein de la Ligue arabe. La Turquie et l’Arabie saoudite s’y opposent.

    Seul point d’accord entre les sept pays à l’issue du sommet : la volonté de reconstruire un Irak prospère, et de relancer son économie, en berne depuis la guerre contre l’organisation État islamique.

    Bagdad conforte ainsi son rôle de médiateur, dans un Moyen-Orient profondément divisé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.