GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: 37 personnes exécutées pour «terrorisme» en une seule journée

    media Vue de Riyad, la capitale saoudienne. (Photo d'illustration) Flickr.com CC BY-NC-ND 2.0 jeanguyane

    En Arabie saoudite, trente-sept personnes ont été exécutées mardi 23 avril, trente-sept Saoudiens, tous des hommes. Ils avaient été condamnés pour des faits de « terrorisme ». Il s'agit de la plus importante exécution de masse dans le royaume saoudien depuis plus de trois ans.

    Depuis le début de l'année, cent quatre personnes ont subi le même sort, selon Amnesty International qui s'indigne, comme le souligne Anne Denis, la responsable de la commission « Abolition de la peine de mort » à Amnesty International France : « Nous sommes absolument catastrophés, parce qu'une fois de plus, l’Arabie saoudite montre qu’elle rejette absolument tout droit international en matière de peine de mort et qu’elle s’approche de la barbarie, puisque parmi les personnes qui ont été décapitées, il y en a une qui a été crucifiée. »

    « Se débarrasser de leurs opposants politiques »

    Les exécutions de mardi ont eu lieu dans cinq régions : la capitale Riyad, les villes saintes de La Mecque et de Médine, la région sunnite d'Al-Qassim et celle de la Province orientale où se concentre la minorité chiite, selon le ministère de l'Intérieur.

    La précédente exécution de masse en Arabie saoudite remonte à janvier 2016 quand 47 personnes, également condamnées pour « terrorisme », dont le chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, avaient été mises à mort le même jour.

    « Sur les 37 personnes qui ont été exécutées, il y en a 11 qui ont été accusées d’espionnage au profit de l’Iran et qui, donc, avaient été condamnées à mort après des procès complètement inéquitables. Par ailleurs, quatorze autres ont été exécutées sur la base d’accusations de délits graves qui auraient eu lieu pendant les manifestations antigouvernementales que les chiites avaient menées en 2011-2012, s’insurge encore une fois Anne Denis. Ce sont en majorité des chiites qui ont été exécutés sous des accusations de terrorisme ou d’espionnage et qui, en fait, permettent aux autorités saoudiennes de se débarrasser de leurs opposants politiques. »

    Selon Amnesty International, l'Arabie saoudite est le pays qui exécute le plus après la Chine, qui ne publie pas de statistiques, et l'Iran (253 morts).

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.