GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le plan de paix israélo-palestinien de Trump dévoilé après le ramadan

    media Le gendre et conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, lors de la Conférence annuelle de la politique américaine au Moyen-Orient, le 3 décembre 2017, à Washington. REUTERS/James Lawler Duggan

    Le plan de paix israélo-palestinien promis par Donald Trump et présenté comme « l’accord ultime » par la Maison Blanche sera dévoilé après le ramadan, c’est-à-dire début juin. Annonce faite mardi par le gendre et conseiller du président américain pour le Moyen-Orient, Jared Kushner. Interviewé par le magazine Time, il promet « une vision très globale ».

    Avec notre correspondant à San Francisco,  Eric de Salves

    Jared Kushner espère avoir trouvé la solution de paix pour le conflit israélo-palestinien. Son plan sera dévoilé à la fin du ramadan le 4 juin prochain pour laisser le temps à Benyamin Netanyahu de former sa coalition.

    Le gendre et conseiller diplomatique de Donald Trump vante une approche différente des précédentes tentatives : « Nous avons adopté une approche non conventionnelle. Nous avons étudié pourquoi les plans précédents ont échoué. Et si les gens restent figés sur de vieux paradigmes habituels, nous ne ferons jamais de progrès ».

    Mais la proposition américaine suscite avant tout le scepticisme aux États-Unis, d’abord en raison du profil de son auteur. Réputé proche d’Israël, issu d’une famille juive orthodoxe, Jared Kushner était dépourvu de toute expérience diplomatique avant sa nomination comme conseiller du président américain.

    Pendant deux ans, avec une équipe restreinte, le mari d’Ivanka Trump assure néanmoins avoir consulté toutes les parties. « Nous n’essayons pas d’imposer notre volonté, a-t-il dit. Nous verrons si les leaders des deux camps auront le courage d’avancer. »

    Les dirigeants palestiniens ont déjà rejeté sa proposition, déniant aux États-Unis tout statut de médiateur depuis leur décision unilatérale de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.  De son côté, dans une interview au magazine The Atlantic, l’ambassadeur de France aux États-Unis estime ce plan voué à l’échec à 99% et le juge « très proche de ce que veulent les Israéliens ».

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.