GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Des migrantes manifestent à Beyrouth pour la défense de leurs droits

    media Une domestique brandit une pancarte sur laquelle on peut lire «Nos vies comptent», à Beyrouth, le 5 mai 2019. ANWAR AMRO / AFP

    Ces migrantes, qui ont défilé ce dimanche 5 mai dans la capitale libanaise, travaillent comme employées de maison. Les abus dont elles sont victimes sont régulièrement dénoncés par les associations de défense des droits humains.

    Avec notre correspondante à Beyrouth, Laure Stephan

    Plusieurs ONG, dont Amnesty International, ont organisé la manifestation de ce dimanche à Beyrouth. Et si le rassemblement s’est tenu un dimanche, ce n’est pas un hasard : c’est le seul jour de congé pour la majorité des travailleuses domestiques au Liban.

    Les manifestantes étaient essentiellement des femmes étrangères, employées de maisons. Leur principale revendication : l’abolition de la kafala, qui régit le travail des femmes migrantes. Pour les ONG, ce système est à la base des abus régulièrement dénoncés : il lie en effet le permis de séjour d’une employée de maison au contrat avec son employeur. Autrement dit, c’est une relation de dépendance, où les employées sont vulnérables.

    Abus multiples

    La majorité des domestiques étrangères au Liban sont originaires d’Ethiopie. Un pays qui, comme les Philippines, interdit aujourd’hui à ses ressortissantes de travailler au pays du Cèdre, à cause des situations d’abus. Mais malgré ces interdictions, des femmes continuent d’arriver au Liban par des voies détournées.

     ► À écouter aussi : Liban: comment faire face aux abus dont sont victimes les domestiques?

    Si on ne peut pas généraliser, et que des foyers libanais respectent les droits de leurs employés, pour Diala Haydar, chercheuse à Amnesty International, les abus restent une constante depuis dix ans, et ils prennent de multiples formes : salaires non payés, journées de travail interminables, absence de jours de congés, voire violences physiques ou sexuelles.

    Des cas extrêmes défraient régulièrement la chronique : le mois passé, rappelle Diala Haydar, trois employées de maison se sont suicidées au Liban.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.