GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Cisjordanie: un Ecossais court pour la paix le long du mur de séparation

    media Lewis Mc Neil ( à dr.) et les coureurs de l'association Right to movement le long du mur de séparation. Marine Vlahovic/RFI

    En Cisjordanie, la course à pied est une arme pour dénoncer les restrictions de circulation. Un jeune Ecossais de 30 ans a décidé de traverser la Cisjordanie occupée du Nord au Sud en courant. Un parcours de 235 kilomètres pour dénoncer les restrictions de circulation imposées par Israël. Il est soutenu par l’association Right to movement qui milite pour la liberté de circulation dans les Territoires Palestiniens et a lancé la campagne « Courir le mur ». Objectif: longer en petites foulées le mur de séparation.

    De notre correspondante à Ramallah,  Marine Vlahovic

    Il a commencé son périple il y a une semaine et a déjà 130km dans les jambes. Lewis McNeil est écossais. Effrayé par la situation en Cisjordanie, il a décidé de la traverser du nord au sud, en courant.

    « Je ne sais pas quoi faire pour aider, mais je peux toujours courir parce que c’est ce que je sais faire. Je veux que les gens prennent conscience des injustices qu’on voit ici, rien qu’en courant », assure-t-il.

    Manque de liberté

    Accompagné de Palestiniens, il s’élance de Ramallah, direction le mur de séparation. Diala Saïd est la responsable de Right to movement, une association locale qui a lancé la campagne « Courir le mur ».

    « On court juste à côté du mur, mais on veut aussi montrer qu'à certains endroits on ne peut pas l'approcher, pour dire à quel point nous manquons de liberté de mouvement ici dans notre propre pays, en Palestine », nous explique t-elle.

    Après quelques kilomètres, ils réussissent à longer les pans de béton qui empêchent aux Palestiniens d’accéder à Jérusalem. « On va aller jusqu’au checkpoint, on va aller aussi loin que les Palestiniens peuvent aller », indique Lewis McNeil.

    L'Ecossais continue sa course. Il lui reste 100 km à parcourir pour atteindre le sud de la Cisjordanie.

    ► À lire aussi : A Bethléem, un marathon palestinien qui fait polémique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.