GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cuba dénonce l'«expulsion injustifiée» par Washington de deux de ses diplomates (ministre des Affaires étrangères)
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    Moyen-Orient

    L’Iran pourrait revenir sur une partie de l’accord sur le nucléaire

    media Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran, le 22 avril 2019. Iranian Presidency / AFP

    L’Iran pourrait annoncer ce mercredi 8 mai une réduction de ses engagements pris au titre de l'accord sur le nucléaire de 2015, un an après le retrait des États-Unis de l’accord et le rétablissement des sanctions. La France met en garde Téhéran, cela pourrait entraîner des sanctions européennes

    L'accord sur le nucléaire de 2015 garantit le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran, en échange de la levée des sanctions. Malgré le retrait des États-Unis et le rétablissement des sanctions américaines en mai 2018, Téhéran a continué à respecter l'accord, comme l'a confirmé l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans chacun de ses rapports.

    Mais selon la presse iranienne, le président Hassan Rohani est sur le point d'annoncer des « mesures de réciprocité », sans autre précision à ce stade.

    Selon l'agence officielle Irna, le président iranien Hassan Rohani doit envoyer une lettre aux dirigeants français, britannique, allemand, russe et chinois, pour annoncer une réduction des engagements de l'Iran prévus dans le cadre de l'accord nucléaire conclu en 2015 avec les grandes puissances, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

    Cette décision est une réaction à la sortie des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire il y a un an et les sanctions américaines, notamment sur le pétrole, qui ont empêché une normalisation des relations des relations commerciales  entre Téhéran et le reste du monde et plongé l'économie iranienne dans une crise sans précédent.

    Aucune précision n'a été donnée sur ce que l'Iran compte faire. Mais le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, enverra en même temps une lettre à la chef de la diplomatie européenne pour donner des détails techniques sur les mesures que l'Iran compte prendre.

    Selon les médias iraniens, Téhéran pourrait reprendre une partie de ses activités d'enrichissement d'uranium, annoncer l'arrêt de l'application du protocole additionnel ou faire des annonces sur l’accès des observateurs aux installations nucléaires.

    Téhéran exige que les sanctions pétrolières et bancaires appliquées depuis un an par les États-Unis soient levées et que l'on revienne à la situation d'avant mai 2018. La décision de Téhéran devrait indéniablement accroître les tensions entre l'Iran et les États-Unis, ainsi que dans toute la région, alors que les Etats-Unis viennent de dépêcher l'un de leurs porte-avions dans la région en agitant une « menace crédible » venant d'Iran.

    De son côté, la France a déjà averti les autorités de Téhéran : des violations de l'accord de 2015 entraîneraient des sanctions européennes.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif sera à Moscou mercredi 8 mai pour rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov dans un contexte de tensions accrues avec les États-Unis, a annoncé mardi 7 mai la diplomatie russe.

    Le 8 avril dernier, Washington a inscrit les Gardiens de la révolution iraniens sur sa liste des organisations terroristes. En réponse, une loi iranienne considère désormais tous les soldats américains déployés au Moyen-Orient comme des terroristes.

    ► À (re)lire : L'Iran face au durcissement des sanctions américaines sur le pétrole

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.