GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: des enfants torturés pour soupçons de liens avec l'État islamique

    media Un camp en Irak qui accueille des centaines d'enfants déplacés. THOMAS COEX / AFP

    En Irak, des milliers d’enfants soupçonnés de terrorisme ont été torturés par les autorités. Ces mineurs racontent avoir été enfermés, battus, violés, jusqu’à ce qu’ils avouent avoir fait partie de l’organisation État islamique. Des enfants soldats, pourtant considérés comme des victimes au regard du droit international, dont beaucoup ont été incarcérés dans des prisons de la région autonome du Kurdistan. Certains sont aujourd’hui libres et continuent de clamer leur innocence. Ils témoignent.

    Avec notre envoyé spécial dans le nord de l’Irak,  Noé Pignède

    « Ils m’ont emmené à Erbil, la capitale du Kurdistan, pour m’interroger. Ils m’ont torturé très violemment. Les séances d’interrogatoire étaient terribles. Je n’ai pas tenu. J’ai avoué, alors que je n’étais pas membre de Daech. C’est la torture qui m’a poussé à dire que j’étais jihadiste », raconte le garçon qui vit dans un camp de déplacés du nord de l’Irak.

    Nous ne donnerons ni son nom ni l’endroit exact où il se trouve, car s’il est désormais libre, il reste menacé par les services de sécurité kurde qui l'ont torturé.

    Entassés avec d’autres repris de justice, à dix par chambre dans une cabane où s’engouffrent les courants d’air, tous racontent le même calvaire.

    « Les Kurdes m’ont torturé avec la technique du Scorpion, témoigne un autre jeune. J’avais les mains attachées dans le dos, l’une par-dessus l’épaule et l’autre par en bas pour me cambrer le dos. Ensuite, ils m’enfonçaient un tuyau dans l’anus. À force de me battre, ils m’ont déboîté l’épaule. Les yeux bandés, un sac en plastique sur la tête, ils m’ont enfermé dans une pièce tellement minuscule que mes jambes étaient collées à mon visage. Avec ce sac sur la tête, vous n’avez plus d’air et vous vous sentez comme un vrai criminel. Vous vous sentez comme Daech ».

    Des techniques de torture quasi systématiques, selon les garçons que nous avons rencontrés, confirmées par l’ONG Human Rights Watch (HRW). De son côté, le gouvernement de la région autonome du Kurdistan nie en bloc.

    1 500 mineurs condamnés pour appartenance à l’État islamique seraient encore détenus dans les prisons irakiennes et kurdes.

    À lire aussi : Ahmed et Amir, deux frères yézidis échappés des mains du groupe EI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.