GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Une Iranienne condamnée à la prison pour «espionnage» au profit de Londres

    media Selon Téhéran, l'Iranienne travaillait au British Council et collaborait avec les services de renseignement britanniques. Alexander NEMENOV / AFP

    La justice a annoncé la condamnation d'une Iranienne à dix ans de prison pour espionnage au profit du Royaume-Uni. Un cas de plus qui ne va certainement pas arranger les relations entre les deux pays.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Le porte-parole de la Justice n'a pas révélé l'identité de la condamnée. Mais selon Gholamhossein Esmaili, elle était en charge du bureau Iran du centre culturel britannique, le British Council, et collaborait avec les services de renseignements britanniques. Selon le même porte-parole, cette étudiante iranienne a été arrêtée il y a un an alors qu'elle avait voyagé en Iran sous de fausses identités à plusieurs reprises.

    Elle avait contacté des artistes et des gens dans le milieu du théâtre dans le cadre d'un projet d' « infiltration culturelle », terme utilisé par les milieux conservateurs.

    Gholamhossein Esmaili ajoute que d'autres personnes sont également sous surveillance, sans donner plus de précision. En mai 2018, le British Council avait fait état de l’arrestation en Iran d’une de ses employées.

    Ces dernières années, plusieurs personnes, ayant la double nationalité, ont été emprisonnées en Iran pour espionnage. Il y a notamment le cas de Nazanin Zaghari, une employée de la fondation Thomson Reuters, qui a été arrêtée en 2016 et a été condamnée à cinq ans de prison pour « action contre la sécurité » du pays.

    Cette nouvelle condamnation ne va certainement pas améliorer les relations entre Téhéran et Londres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.