GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Pour l'UNRWA, Gaza sombre dans un chaos social et économique

    media Distribution de soupe pendant le mois du ramadan dans la ville de Gaza, le 9 mai 2019. REUTERS/Mohammed Salem

    Plus d'une semaine après les violences, Israël a rouvert dimanche 12 mai ses points de passage avec Gaza. De quoi alléger un peu le blocus imposé depuis bientôt 12 ans par l'État hébreu à l'enclave palestinienne, l'une des zones les plus densément peuplées au monde. L'une des plus pauvres également.

    De notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

    Cela fait plusieurs jours maintenant que l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) prévient : si elle ne trouve pas rapidement 50 millions de dollars, la moitié des Gazaouis, soit un million de personnes, risquent de manquer de nourriture le mois prochain.

    Le directeur des opérations sur place, Matthias Schmale l'affirme : Gaza est en train de plonger dans une sorte de chaos social et économique : « 53% de chômage. 80% de réfugiés sous le seuil de pauvreté et qui dépendent de l'aide alimentaire. Pour la première fois depuis que je suis arrivé il y a un an et demi, on me parle d'une augmentation des suicides, de la consommation de drogue et de la prostitution. Gaza n'est pas une crise humanitaire ; la situation n'est pas due à un tsunami ou à un tremblement de terre. C'est la conséquence d'une faillite politique et de 12 années de blocus. »

    Un an après le refus des États-Unis de continuer à financer l'agence pour les réfugiés palestiniens, l'ONU bataille toujours pour combler le trou dans le budget. Plusieurs pays du Golfe pourraient encore mettre la main à la poche. C'est en tout cas ce qu'espèrent les Nations unies qui sollicitent même le secteur privé et les entreprises pour venir en aide à Gaza. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.