GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les États-Unis refusent un visa à une dirigeante palestinienne

    media La responsable de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hanan Ashrawi. ABBAS MOMANI / AFP

    C'est un signe de plus de la détérioration des relations entre l'administration Trump et les dirigeants palestiniens : l'une des responsables de l'OLP, l'Organisation de libération de la Palestine, s'est vu refuser une demande de visa pour se rendre aux États-Unis. Hanan Ashrawi avait pourtant l'habitude d'aller régulièrement dans le pays.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Jusqu'en février dernier, Hanan Ashrawi avait un visa valide pour se rendre aux États-Unis. La dirigeante palestinienne y allait plusieurs fois par an pour des rencontres officielles, pour des conférences ou pour rendre visite à sa fille et ses petits-enfants qui y vivent.

    Dès le mois de janvier, avant l'expiration de son titre de séjour, Hanan Ashrawi a pris contact avec l'ambassade américaine à Amman, en Jordanie. Et sa demande a été formalisée en mars. Pendant plusieurs semaines, celle-ci est restée sans réponse avant d'être finalement rejetée ce lundi.

    « Pas de motif. Choisissez en un », ironise sur Twitter celle qui dit avoir rencontré et négocié avec tous les secrétaires d'État américains depuis trente ans. Et elle énumère : « Je suis une grand-mère de plus de 70 ans ; je milite pour la Palestine depuis la fin des années 1960 ; j'ai toujours été une ardente défenseure de la résistance non violente. »

    Mais l'interrogation se veut rhétorique. Depuis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par Donald Trump en décembre 2017, les responsables palestiniens ont coupé les liens avec l'administration américaine. Et pour l'un des proches de Hanan Ashrawi, cette décision américaine « est une punition visant la direction palestinienne ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.