GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Crise sociale au Chili : le président Piñera condamne les violences policières
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    Moyen-Orient

    Golfe Persique: John Bolton, le faucon de l'administration Trump

    media John Bolton, Mike Pompeo et Donald Trump (illustration). REUTERS/Leah Millis

    Depuis dimanche, plusieurs incidents au large des Émirats et en Arabie saoudite font craindre une escalade dans le Golfe. Une tension alimentée par des déclarations contradictoires de Donald Trump. Le président américain calque de plus en plus sa politique étrangère sur les idées très tranchées de son conseiller à la Sécurité nationale, John Bolton. Un homme dont la ligne dure prend de plus de plus de place dans l'administration depuis son arrivée au printemps 2018.

    John Bolton n'a jamais caché son soutien à une intervention militaire en Iran et un renversement de régime. La guerre préventive est pour lui une constante depuis ses premiers pas à Washington. Dans l'équipe de George W. Bush, au début des années 2000, il avait activement milité pour l'invasion de l'Irak. Et, depuis, il n'a d'ailleurs jamais remis en cause le bien fondé de cette intervention.

    « John a une vision très dure des choses », consent Donald Trump. Mais le président américain assure qu'il sait modérer ce très proche conseiller à la Sécurité nationale, qu'il a découvert en tant que chroniqueur sur Fox News, sa chaîne favorite.

    Petites lunettes et moustache imposante, John Bolton a su imposer cette ligne dure et belliqueuse à la Maison Blanche, en occupant le vide laissé à la Défense par le départ de James Mattis. Le successeur de ce dernier, Patrick Shanahan, attend toujours sa confirmation par le Sénat.

    Résultat : personne à la barre depuis plusieurs mois et, en parallèle, John Bolton à la manoeuvre. Le faucon peut compter sur plusieurs alliés au plus haut niveau. Notamment Mike Pompeo au département d'État, lui aussi partisan d'une ligne dure sur l'Iran mais aussi le Venezuela, Cuba et la Corée du Nord.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.