GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Israël: Benyamin Netanyahu veut abolir la limite du nombre de ministères

    media Benyamin Netanyahu, le 19 mai 2019. Reuters

    Il ne reste plus que 8 jours à Benyamin Netanyahu pour former son gouvernement. Le Premier ministre israélien doit composer une nouvelle coalition issue des élections législatives du 9 avril dernier. Mais les négociations avec ses potentiels partenaires semblent compliquées. Et pour se donner une marge de manoeuvre, le Premier ministre a demandé à la Knesset, le Parlement, de l'autoriser à former un gouvernement sans limite au nombre de ministres.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Depuis plus d'un mois désormais, Benyamin Netanyahu négocie avec ceux qu'il appelle ses « alliés naturels », les partis religieux et nationalistes ainsi que le centre droit. Mais pour l'heure, aucune alliance n'a été formellement signée et l'entourage du Premier ministre explique que les potentiels partenaires de coalition se montrent exigeants sur les portefeuilles ministériels qu'ils souhaitent obtenir.

    Le soutien de chacun de ces partis est indispensable à Benyamin Netanyahu pour constituer une coalition stable et chaque formation veut donc monnayer chèrement son ralliement au chef de gouvernement. Pour satisfaire ces requêtes, le Premier ministre a demandé à la Knesset d'abolir une réforme qu'il avait pourtant soutenue il y a six ans : la limite du nombre de ministres établie à 18.

    Si le texte, d'ores et déjà adopté en première lecture, est approuvé définitivement par le Parlement, Benyamin Netanyahu pourra alors désigner autant de ministres qu'il le souhaite, lui accordant ainsi une marge de manoeuvre plus grande dans ses négociations avec les autres partis de droite.

    Mais l'opposition l'accuse de vouloir troquer des portefeuilles contre une immunité face aux enquêtes le visant. Elle dénonce une manoeuvre politicienne qui va coûter, selon elle, des dizaines, voire des centaines, de millions d'euros aux contribuables israéliens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.