GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: des explosions font au moins 7 morts et des dizaines de blessés à Kirkouk

    media Des membres des forces irakiennes près d'une raffinerie de pétrole, dans la zone de Dibis, dans la banlieue de Kirkouk, le 17 octobre 2017. (Photo d'illustration) REUTERS/Alaa Al-Marjani

    Six explosions ont retenti dans la nuit du 30 au 31 mai dans cette ville pétrolière du nord de l’Irak. Le commandement militaire de la région a désigné l'organisation État islamique comme responsable, dans un contexte de tensions.

    Depuis début mai, les affrontements autour de la ville de Kirkouk se multiplient entre groupes jihadistes et membres des forces armées irakiennes. Si le califat du groupe EI a été officiellement défait en Irak il y a deux ans, des groupes de combattants se sont en effet reconstitués, en particulier dans les montagnes de la région de Kirkouk.

    Les jihadistes bénéficient également des divisions qui règnent entre les acteurs politiques régionaux autour de la ville pétrolière, capitale de la région. Des clivages d'ailleurs mis en évidence par les réactions aux explosions de ce jeudi.

    Autorités divisées

    Les membres des partis politiques kurdes, qui ont contrôlé la ville de 2014 à 2017 avant d'en être chassés par le gouvernement national, appellent ainsi au retour de leurs forces armées kurdes pour sécuriser la ville. Alors que le leader chiite irakien, Moqtada al-Sadr, a, de son côté, menacé d'envoyer les milices chiites sécuriser la ville si l'armée irakienne ne le faisait pas.

    Ces derniers jours, les autorités irakiennes accusent l'organisation État islamique d'avoir incendié des champs de paysans kurdes dans la région. Mais des rumeurs font porter la responsabilité aux milices chiites. D'autres habitants, arabes cette fois, accusent les kurdes d'avoir volé leurs terrains lorsque Kirkouk était encore sous contrôle de la région autonome.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.