GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Réunion en Suède sur la création en Irak d'un tribunal international pour l’EI

    media Une jihadiste française de 29 ans lors de son procès à la Cour pénale de Bagdad, le 17 avril 2018. Ammar Karim / AFP

    Comment juger les hommes et les femmes partis d’Europe pour rejoindre l’État islamique en Syrie ou en Irak ? La Suède a déjà annoncé sa préférence pour un tribunal international, installé en Irak, qui jugerait ces personnes avant qu’elles ne rentrent dans leur pays origine. Une première réunion d’experts est organisée ce lundi 3 juin à Stockholm.

    Avec notre correspondant à Stockholm, Frédéric Faux

    Des représentants d’une quinzaine de pays dont la France, l’Allemagne et tous les pays scandinaves se retrouvent ce lundi à Stockholm pour discuter de l’éventuelle création d’un tribunal ou d’un mécanisme légal qui permettrait de juger les terroristes de l’État islamique sur place, en Syrie ou en Irak.

    Cette première réunion se tient l’initiative de Mikael Damberg, le ministre suédois de l’Intérieur, qui s’est déjà rendu dans plusieurs capitales européennes à ce sujet. Selon lui, beaucoup plus de suspects pourraient être jugés et condamnés si un tel tribunal était installé dans la zone de l’ancien califat, au plus près des témoins et des preuves.

    ► À lire aussi : Syrie: 20 jihadistes étrangers remis à l'Irak dont 13 Français

    La Suède a vu 300 de ses habitants se rendre en Irak et en Syrie et 150 sont déjà rentrés, qui pour la plupart ne peuvent pas être poursuivis par les lois aujourd’hui en vigueur dans ce pays. Mais cette solution intéresse aussi beaucoup d’autres États européens dont les ressortissants, partis semer la terreur, sont pour l’instant enfermés dans des camps gérés par les forces kurdes.

    À lire aussi : Irak: deux nouveaux Français condamnés à mort pour appartenance à l'EI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.