GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Texas: douzième exécution depuis le début de l'année aux États-Unis
    Moyen-Orient

    Incursion de l’armée turque au Kurdistan irakien contre le PKK

    media Des combattants du PKK sur une route dans les montagnes Qandil dans le Kurdistan irakien le 22 juin 2018. AFP PHOTO/SAFIN HAMED

    Au Nord de l’Irak, nouvelle escalade entre l’armée turque, et le PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Les séparatistes réfugiés dans les montagnes du Kurdistan irakien essuient depuis une semaine des attaques répétées des troupes turques.
    Si les positions du PKK en Irak sont presque chaque semaine la cible de bombardements de l’aviation turque, l’opération militaire en cours pourrait être la plus importante depuis un an.

    Avec notre correspondant à Erbil, Noé Pignède

    Baptisée « opération Griffes » par Ankara, l’incursion de l’armée turque sur le mont Khakurk, contrôlé par le PKK, aurait déjà tué 64 combattants kurdes, selon le ministère turc de la Défense. Depuis une semaine, les troupes déployées dans les montagnes du nord de l’Irak traquent les séparatistes kurdes. Appuyées par des avions, des hélicoptères et des canons d’artillerie, rien ne semble pour l’instant pouvoir arrêter leur progression.

    Bagdad et Erbil laissent faire

    De son côté, le Parti des travailleurs du Kurdistan annonce avoir tué seulement une dizaine de soldats turcs. Des combats qui se déroulent sur le territoire irakien, sans que le gouvernement de Bagdad hausse réellement le ton contre Recep Tayiip Erdogan. Et pour cause, le président turc a récemment promis d’investir massivement dans la reconstruction de l’Irak.

    ►À lire aussi  : Netchirvan Barzani élu président du Kurdistan irakien par le Parlement

    Pour le gouvernement de la région autonome du Kurdistan Irakien, la situation est encore plus délicate, car s’il héberge les quartiers généraux et les camps d’entraînement du PKK depuis la fin des années 1990, la majorité de ses importations transitent par la Turquie. Le gouvernement du Kurdistan Irakien, libéral, politiquement opposé à la guérilla marxiste du PKK n’a donc aucun intérêt à s’opposer frontalement à son partenaire turc.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.