GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’incroyable féminicide qui secoue l’Iran

    media Mohammad-Ali Najafi, ancien maire de Téhéran. Creative Commons CC-BY-SA 4.0 Tasnim News

    Le 28 mai dernier, Mohammad-Ali Najafi, conseiller économique du président Rohani et ancien maire de Téhéran, a avoué avoir tué sa deuxième femme, Mitra Ostad. L’homme de 67 ans se serait rendu à la police de lui-même le soir du meurtre. L’événement et son traitement médiatique ont particulièrement remué les Iraniens sur les réseaux sociaux.

    « Cela faisait plusieurs jours que nous nous disputions (…) elle est allée dans la salle de bain, j’ai pris le pistolet pour lui faire peur (..) et en voyant l’arme, elle a paniqué et s’est jetée sur moi (…) c’est ainsi que le premier tir est parti (…) », raconte l’ancien maire à la télévision d’État. Lorsque le journaliste lui demande pourquoi il n’a pas porté plainte, il avoue : « Ça aurait été effectivement mieux, mais la vérité c’est que, tout au long de l’année, j’ai essayé différentes solutions, je lui ai proposé plusieurs fois le divorce, elle refusait à chaque fois pour des raisons qui lui sont propres. Elle avait un caractère particulier et cela m’a amené malheureusement à faire cette erreur et elle a perdu la vie. »

    Un meurtrier présumé qui boit du thé au commissariat

    Le ton totalement détaché de l’ancien maire de Téhéran provoque l’indignation de beaucoup d’Iraniens : « Pour l’avocat de Najafi, les preuves démontrent que le meurtre de Mitra Ostad était involontaire (…) Évidemment, le pauvre tirait des coups de feu pour s’amuser ! Dans la salle de bain ! Et sur sa femme ! (…) », écrit ainsi un twittos sceptique.

    S’ensuit un dialogue sarcastique entre les utilisateurs du réseau social. « Un meurtre ! Mais la victime est morte d’un accident de voiture ! », répond un follower. « C’est ça, et Najafi était allé fumer le narguilé quand il s’est retrouvé sur la scène de l’accident ! », tweete du tac au tac le premier. Un autre fait remarquer avec un smiley : « Il a tiré involontairement 5 coups de feu ! ». Mais la palme revient à celui qui affirme malicieusement : « Vous exagérez, il n’y a pas mort d’homme ! ».

    De son côté, un autre adepte des réseaux sociaux imagine le dialogue intérieur de l’ancien maire : « Je voulais lui faire peur, mais une voix dans ma tête m’a dit "recommence", "recommence", "recommence","recommence" », écrit l’internaute en référence aux cinq coups de feu tirés par Mohammad-Ali Najafi.

    Un Iranien, qui vit aux États-Unis, est sous le choc : « Les interviews de Najafi imperturbable à propos du meurtre de sa femme sont vraiment troublants ! On dirait un acteur qui cause des scènes de son film avec un journaliste ! Pourquoi n’esquive-t-il pas les questions des journalistes ? A-t-il tué avec autant d’impassibilité ou assume-t-il le meurtre ? D’où vient cette tranquillité dégueulasse ? », s’étonne-t-il.

    Les images de l’homme politique, présumé meurtrier, buvant le thé au commissariat, ou l’image de la police lui serrant la main ont également déclenché une vague de commentaires sur les réseaux sociaux. « Si les confessions continuent ainsi, d’ici à ce soir l’assassin deviendra la victime », s'indigne l'un.  « Monsieur Najafi, meurtrier, est occupé à boire le thé au commissariat de Téhéran. Je n’ai plus rien à dire ! », rétorque l'autre.

    Face à la photo d’un policier inclinant la tête en signe de respect tout en serrant la main de l’ancien maire, une Iranienne se demande « si tous les meurtriers sont traités avec autant de classe ? ».

    La polémique a d’ailleurs poussé la police iranienne à s’excuser en fin de semaine dernière pour ces agissements : « Si les gens pensent que nous avons commis une erreur, nous nous en excusons », a ainsi affirmé le chef de la police de Téhéran, le commandant Hossein Rahimi.

    Un traitement médiatique qui fait polémique

    Mais ce qui a le plus choqué les Iraniens, c’est le traitement médiatique de cette affaire. Le journaliste de la télévision d’État « Seda-o-sima » reporte en effet minute par minute les événements. Pour beaucoup, cette transparence excessive cache quelque chose et la présence déjà aberrante du journaliste l’est d’autant plus lorsqu’il montre combien de balles restent dans ce qui est censé être l’arme du crime. L’avocate iranienne Shadi Sadr, basée à Londres, explique qu’il est impossible de faire l’analyse complète de l’arme du crime en moins de 24h et encore moins de « laisser cette arme pas encore sous scellés aux mains d’une personne qui n’a rien à voir avec le dossier (le journaliste) ».

    Selon un autre twittos, cela prouve simplement que la police criminelle iranienne est inapte. Le responsable du parquet de Téhéran, Mahmoud Shahriari, a d’ailleurs récemment affirmé qu’une plainte sera déposée contre la TV d’État pour ses différentes infractions à la loi : filmer le suspect sans le masquer, présenter une arme qui ne devait être qu’entre les mains des autorités chargées de l’affaire et mensonge présumé quant à l’heure indiquée pendant le direct. Ainsi, selon les médias iraniens : « Ce reportage s’est transformé en un problème pour la télévision d’État ».

    Quand la politique s’en mêle

    Le manque de confiance de la société iranienne envers ses dirigeants se reflète également sur les réseaux sociaux. De fait, pour une partie des internautes, ce meurtre présumé machiste est une diversion. Ainsi un autre utilisateur de Twitter affirme : « A chaque fois que quelque chose d’important se passe en coulisse, on nous occupe l’esprit avec un nouveau numéro ! ».

    Un autre se demande si tout ça n’est pas une supercherie : « Je t’assure que depuis hier soir, sans exagération, je me dis que soit cette affaire est une caméra cachée, soit on se moque de nous ! Les comportements de la police, la TV d’État, de Najafi, des réformateurs ! Ça me désespère ! ».

    Sarcastique, le 30 mai, cet utilisateur s’interroge sur la couverture qu’aura le lendemain la convocation de Mohammad-Reza Khatami au tribunal. Le frère de l’ancien président réformateur Mohammad Khatami est, en effet, convoqué par la justice pour des questions liées à l’élection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en 2009 : « Voyons voir si la présentation de documents par Reza Khatami concernant la fraude électorale de 2009 aura autant de valeur pour la télévision d’État que le nombre de balles restantes dans l’arme de Najafi et cette tragédie ».

    Pour beaucoup d’internautes, cette affaire affaiblit encore plus les réformateurs déjà dans une mauvaise passe depuis la sortie du président américain de l’accord nucléaire. Ainsi, le quotidien conservateur Vatan titrait au lendemain de l’affaire : « Tir en plein coeur des réformes ».

    Pour d’autres, cette tragédie est la conséquence d’une pression exercée sur l’ancien maire de Téhéran qui avait, lors de son court mandat, relevé publiquement la mauvaise gestion et les dettes de son prédécesseur Mohammad Ghalibaf. Un point de vue que partage par ailleurs le politologue, Sadegh Zibakalam interrogé sur Iran TV international, chaîne basée à Londres. Enfin, l’allusion de Mohammad-Ali Najafi à une personne possiblement en lien avec les renseignements, qui transmettait ses conversations à sa femme, renforce auprès des internautes l’idée d’un complot contre l’ancien maire. Le scénario rappelle à plusieurs internautes la série américaine, House of Cards.

    Considérée comme un symbole de la décadence américaine, House of Cards est la première série américaine à être diffusée sur une chaîne publique iranienne depuis 1979. Ironie du sort.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.