GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: retour timide des habitants de Palmyre après la libération de la ville

    media Soldats des troupes gouvernementales syriennes patrouillant dans la ville de Palmyre en mars 2016 (Illustration). REUTERS/SANA/Handout via Reuters

    Deux ans après la reprise de Palmyre par l’armée syrienne au groupe État islamique, les habitants de la ville antique continuent de rentrer au compte-gouttes. La cause principale de ce retard est la lenteur dans le rétablissement des services publics de base.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le retour de 400 habitants dans la ville de Palmyre, située à quelques centaines de mètres des célèbres ruines antiques, a été couverte en grande pompe par les médias syriens et russes.

    La plupart des habitants ne sont pas revenus

    Des images montrent des bus transportant des femmes, des enfants et des personnes âgées arriver dans la cité, occupée pendant trois ans par le groupe État islamique et reprise en mars 2017 par l’armée syrienne.

    Plus de deux ans après la reconquête de Palmyre, la majorité des 50 000 habitants ne sont toujours pas revenus. Ils sont soit à Damas, 200 kilomètres plus au sud, soit à Homs, à l’ouest.

    La lenteur du retour des déplacés s’explique par le retard pris dans la réhabilitation par l’État des services publics. Si les ruines causées par les combats ont été déblayées, l’eau et l’électricité n’ont toujours pas été rétablies dans l’ensemble de la ville, qui a changé de mains à plusieurs reprises entre les troupes gouvernementales et les jihadistes.

    Pas de travail

    L’absence d’opportunités d’emplois dans cette cité, où le tourisme faisait tourner l’économie, explique aussi le peu d’enthousiasme des habitants à revenir. Les touristes ne sont plus qu’un lointain souvenir et ne sont pas prêts de revenir de sitôt, surtout que les jihadistes ont détruit ou endommagé les plus beaux sites romains de la ville.

    À lire aussi : Syrie: les jihadistes du groupe EI multiplient les attaques meurtrières

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.