GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • L'Iran déclare avoir abattu un drone américain sur son territoire (TV)
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    • Disparition de Philippe «Zdar», du duo électro français Cassius (agent)
    Moyen-Orient

    Jihadistes français condamnés en Irak: Bagdad dément un accord avec Paris

    media Le tribunal de Bagdad où ont été condamnés à mort les jihadistes français. SABAH ARAR / AFP

    Bagdad dément un accord avec Paris pour alléger la peine des jihadistes français condamnés à mort par la justice irakienne. Des informations de presse en Irak faisaient état d’un accord financier entre les gouvernements des deux pays afin d’éviter toute situation embarrassante à la France, qui défend l’abolition de la peine capitale dans le monde.

    Paris refuse catégoriquement de rapatrier les jihadistes français condamnés en Irak et s’oppose tout aussi fermement, par principe, à leur exécution. Cette situation incohérente ouvre la voie à la spéculation.

    Selon les informations de certains médias irakiens, la France tente de trouver un compromis. Paris aurait ainsi proposé de l’argent à Bagdad. Si la justice irakienne accepte de commuer la peine de mort des jihadistes français en prison à perpétuité, la France serait prête à mettre la main à la poche.

    Faux, rétorque la justice irakienne. « La seule institution habilitée à examiner les verdicts est la Cour de cassation, cela ne se fait pas par des accords entre gouvernements ».  

    ► À lire aussi : Irak: deux nouveaux Français condamnés à mort pour appartenance à l'EI

    Toutefois selon un spécialiste irakien de la mouvance terroriste, proche des services de renseignements de son pays, contacté par RFI, il y a bel et bien un accord informel et pas forcément financier entre Paris et Bagdad.

    Selon lui, l’Irak a accepté de juger les jihadistes français sur son territoire. La France est ainsi débarrassée du problème que peut poser leur retour en hexagone. Mais en contrepartie, Bagdad attend un soutien militaire et diplomatique de Paris.

    À écouter aussi : Condamnés à mort en Irak, que doit faire la France?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.