GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Sur le Golan occupé, Netanyahu inaugure une colonie au nom de Trump

    media Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, vendredi 16 juin 2019 sur le plateau du Golan pour l'inauguration de la localité «Ramat Trump». Jalaa MAREY / AFP

    Le Premier ministre israélien a inauguré, dimanche 16 juin 2019 lors d'une réunion extraordinaire sur le plateau du Golan, en présence de l'ambassadeur des États-Unis, une nouvelle colonie appelée « Ramat Trump ». Le président américain a reconnu le 25 mars dernier la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan prise à la Syrie pendant la guerre des Six Jours de 1967, puis annexée en 1981, une décision qui n'a pas été reconnue par la communauté internationale.

    De notre correspondant à Jérusalem,

    « C’est un jour de fête qui sera inscrit dans l'histoire », a déclaré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, dimanche 16 juin 2019, lors de l'inauguration sur le plateau du Golan d'une future localité qui portera le nom du président des États-Unis. La première pierre de Ramat Trump, « les hauteurs de Trump » littéralement, a été posée dimanche sur le site d’un kibboutz qui n’avait lui-même jamais réussi à démarrer.

    Pourtant, M. Netanyahu a fait les choses en grand. Le Conseil des ministres s’est délocalisé : au lieu de Jérusalem, le gouvernement s’est réuni comme tous les dimanches, mais cette fois-ci sur place. Une cérémonie éclatante, malgré tous les problèmes de sécurité que cela peut poser à quelques kilomètres seulement de la frontière avec la Syrie. Objectif : remercier le président américain après ses gestes récents à l’égard d'Israël.

    Cette inauguration a lieu avant le fameux « deal du siècle », le plan de Donald Trump pour régler le conflit du Proche-Orient. M. Netanyahu a salué un grand ami d’Israël. Il a énuméré tout ce que Donald Trump a fait pour son pays : le passage de l'ambassade américaine à Jérusalem, l'abrogation de l’accord sur le nucléaire iranien, ou la position ferme des États-Unis en ce moment même suite aux incidents dans le Golfe.

    Le chef du gouvernement israélien a également salué la reconnaissance par Washington de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, annexé en 1981. Pendant ce discours, aux côtés du Premier ministre israélien : David Friedman, l’ambassadeur des États-Unis qui propose déjà le prochain geste, à savoir l'annexion d’une partie de la Cisjordanie.

    « Bienvenue à Ramat Trump, la ville qui n’a jamais vu le jour »

    Il ne faut pas oublier que de nouvelles élections sont prévues en Israël le 17 septembre prochain. Benyamin Netanyahu a besoin de relooker son image après le fiasco de la dernière consultation, et le fait qu’il a été incapable de mettre sur pied une nouvelle coalition. La campagne électorale du Likoud, son parti, a été effectivement lancée ce dimanche sur le plateau du Golan. Voilà qui plaira bien sûr à l’électorat de droite.

    Il ne faut pas oublier non plus les enquêtes menées sur plusieurs affaires contre M. Netanyahu. Ses déboires judiciaires ne sont jamais bien loin. Dimanche par exemple, l'événement qui a occupé toute la matinée, c’est la condamnation de son épouse Sara Netanyahu dans une affaire de frais de bouche à la résidence du chef du gouvernement. Cette cérémonie sur le plateau du Golan a donc permis un changement de décor venu à point.

    On peut se demander quelle transition le Premier ministre imagine pour la rentrée, au moment de son audition dans trois affaires de corruption. On peut également se demander si cette nouvelle localité a des chances de prospérer. Ramat Trump, ce n’est pas totalement nouveau ; il y a déjà Kfar Truman, Yad Kennedy et une localité qui porte le nom de Washington. Ou encore d'autres agglomérations qui font référence aux présidents américains.

    Dans l’opposition, on fait remarquer qu’un gouvernement de transition n’est pas habilité à prendre ce genre de décision, et qu’il n’y a pas de budget débloqué pour cette localité. On observe beaucoup de cynisme autour de cette inauguration sur le plateau du Golan. Voici par exemple ce qu'écrit une journaliste dans le quotidien libéral Haaretz au lendemain de l'inauguration : « Bienvenue à Ramat Trump, la ville qui n’a jamais vu le jour ».

    Nous allons faire deux choses. D'abord, inaugurer une nouvelle localité sur le plateau du Golan, un acte pionnier et sioniste. Et par la même occasion, nous honorons notre grand ami, le président Donald Trump, qui a reconnu récemment la souveraineté israélienne sur le Golan. Il est le premier dirigeant international à le faire, il a déchiré un écran d'hypocrisie (...) Nous allons continuer à développer et à construire sur le Golan pour tous nos ressortissants juifs et non juifs, et pour l'avenir de notre pays

    Benyamin Netanyahu 17/06/2019 - par Michel Paul Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.