GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Plan américain pour le Proche-Orient: Mahmoud Abbas en «a assez»

    media Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une conférence de presse dimanche 23 juin a contesté le plan américain pour le Proche-Orient. REUTERS/Mohamad Torokman

    Le volet économique du plan de paix pour le Proche-Orient sera présenté lors d'une conférence mardi et mercredi à Bahreïn, intitulée « De la paix à la prospérité ». Un plan dont les grandes lignes ont déjà été annoncées et qui a été rejeté par les Palestiniens qui n’iront pas à Manama.

    Le plan a été concocté par le gendre du président Trump, Jared Kushner. L'administration américaine promet de lever 50 milliards de dollars sur dix ans pour développer l'économie des Territoires palestiniens et des pays riverains. Son projet phare consiste notamment à vouloir créer un corridor reliant la bande de Gaza  la Cisjordanie, les deux territoires palestiniens distants de plusieurs dizaines de kilomètres.

    À écouter aussi : Routes israéliennes en Cisjordanie: solution ou facteur de la colonisation ?

    L'administration Trump promet qu'un volet politique viendra plus tard, à l’automne. Mais les responsables palestiniens rejettent d'ores et déjà ce plan. Ils réclament que le volet politique devance les aspects économiques et estiment que l'administration pro-israélienne du président Donald Trump cherche à les acheter et à enterrer leur objectif d'un Etat indépendant.

    « Alors qu’Israël a reconnu l’Organisation de libération palestinienne comme étant le représentant légitime et unique du peuple palestinien, les Etats-Unis d‘Amérique contestent ce fait. Le Congrès américain nous considère comme des terroristes, a déclaré le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dimanche lors d'une conférence de presse.

    Alors qu’il existe entre Israël et nous-mêmes des accords de coopération en matière de sécurité, Trump nous considère comme des terroristes. Or les Accords d’Oslo entérinés par Yasser Arafat et Yitzhak Rabin reconnaissent l’OLP. Par conséquent, je voudrais savoir ce que les Américains auront inventé en fin de compte. Ils évoquent en ce moment des fonds qui nous seraient destinés et évalués à 50 milliards ou à 60 milliards de dollars. Nous avons l’habitude d’entendre ce genre de propos.

    Je n’ai pas besoin d’intermédiaire pour demander de l’aide aux pays arabes. Je m’y rends moi-même et leur demande de l’aide. Alors, comment se fait-il qu’ils veuillent nous rendre service en jouant le rôle du médiateur entre nous et les pays arabes par le biais de projets que Trump ne financera pas ? Nous en avons assez ».

    « De la paix à la prospérité »

    L'Autorité palestinienne ayant décidé de boycotter le rendez-vous de Manama, intitulé « De la paix à la prospérité », Washington n'a pas invité le gouvernement israélien.

    Les alliés des Etats-Unis dans le Golfe, Arabie saoudite et Emirats arabes unis en tête se rendront à Bahreïn ainsi que l’Egypte et la Jordanie. Le Caire enverra l'un de ses vice-ministres des Finances à cette conférence a déclaré à l'Agence France-presse Ahmed Hafez, porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères. La Jordanie dépêchera également à Bahreïn un haut responsable de son ministère des Finances. « Aucune proposition économique ne peut remplacer une solution politique qui met fin à l'occupation » des Territoires palestiniens par Israël, a cependant ajouté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. La participation du Maroc où une manifestation a eu lieu à Rabat dimanche contre le « congrès de la honte » n’a pas été confirmée.

    À lire aussi : Le plan de paix de Trump au Moyen-Orient pourrait être un échec, selon Pompeo

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.