GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La réunion tripartite inédite à Jérusalem marquée par les divergences sur l’Iran

    media Le Premier ministre Benyamin Netanyahu avec les conseillers à la sécurité nationale russe Nikolaï Patrouchev, américain John Bolton et israélien Meir Ben-Shabbat, le 25 juin 2019 à Jérusalem. REUTERS/Ronen Zvulun

    L'Iran était ce mardi 25 juin au cœur de la rencontre inédite des conseillers à la sécurité nationale américain John Bolton, russe Nikolaï Patrouchev et israélien Meir Ben-Shabbat, réunis à Jérusalem autour du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Mais les priorités de chacun des trois pays sur la question divergent.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Benyamin Netanyahu voulait y voir une « journée historique ». C'était la première fois que les conseillers à la sécurité nationale des trois pays se retrouvaient ensemble. Et, selon le Premier ministre israélien, il existe des possibilités de coopération.

    « Ce sommet représente une réelle opportunité pour aider à améliorer la stabilité dans notre région, particulièrement en Syrie. Israël a agi des centaines de fois pour empêcher l'Iran de s'implanter militairement en Syrie », estime Benyamin Netanyahu.

    Si l'administration américaine considère également l'Iran comme source d'insécurité, pour les Etats-Unis, la République islamique doit être combattue au-delà de la seule Syrie. « Dans tout le Moyen-Orient, nous voyons que l'Iran est source d'ingérence et d'agression. Il supporte le groupe terroriste du Hezbollah au Liban, aide le régime d'Assad en Syrie. Il arme et équipe des milices chiites en Irak et menace les livraisons de pétrole dans toute la région », dénonce John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

    Les divergences sont encore plus grandes avec Moscou. L'émissaire russe a défendu la présence iranienne en Syrie et assuré que le drone américain abattu la semaine dernière par l'Iran se trouvait dans l'espace aérien iranien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.