GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: l'armée bombarde une position turque au nord de Hama

    media Les forces de l'armée syrienne pénètrent dans la ville de Kafr Nabuda, à environ 40 km au nord de Hama, le 11 mai 2019. (Image d'illustration). George OURFALIAN / AFP

    Les accrochages se multiplient entre l’armée syrienne et les troupes turques qui déploient plusieurs centaines de soldats dans douze postes d’observation à Hama et d’Idleb. Ces deux provinces du nord-ouest de la Syrie sont le théâtre de violents combats depuis le 30 avril entre les troupes gouvernementales syriennes et des groupes jihadistes et des rebelles pro-turcs.

    Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

    Pour la quatrième fois en 48 heures, l’armée syrienne a bombardé samedi soir un poste d’observation de l’armée turque dans la localité de Chir Maghar, au nord de la province de Hama.

    Plusieurs obus se sont abattus sur cette importante position militaire, peu de temps après l’arrivée d’un convoi composé de dix véhicules blindés. C’est la première fois que l’armée turque faisait circuler une patrouille dans la supposée zone démilitarisée à Hama et Idleb depuis le bombardement syrien qui a fait un mort et trois blessés dans les rangs de la garnison de Chir Maghar, jeudi soir.

    La multiplication des duels d’artillerie entre les armées syrienne et turque intervient alors que l’offensive des troupes de Damas contre les jihadistes et les rebelles soutenus par Ankara est entrée ce dimanche dans son troisième mois.

    Damas accuse la Turquie de soutenir militairement les groupes jihadistes et les rebelles qui contrôlent la totalité de la province d’Idleb et le nord de Hama.

    Après le bombardement de Chir Maghar, samedi soir, la Turquie a sollicité l’intervention de la Russie, qui parraine avec Ankara la trêve conclue à Idleb en septembre 2018, et qui n’existe plus que sur le papier. Une source turque a indiqué que les tirs de l’armée syrienne ont cessé après ce contact.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.