GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Autorité palestinienne «responsable» d'attaques durant l'intifada

    media Affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens à Ramallah, le 5 octobre 2015. REUTERS/Mohamad Torokman

    C’est un jugement d’un tribunal de Jérusalem qui pourrait avoir de lourdes conséquences. L’Autorité palestinienne ainsi que l’Organisation de libération de la Palestine portent, selon cette cour, une part de responsabilité dans la deuxième intifada. Elles sont directement liées à 17 attaques ayant tué des Israéliens, estime le tribunal. Ce jugement ouvre la voie à des demandes de dommages et intérêts de la part des familles de victimes.

    Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

    C’est en l’an 2000 que la seconde intifada a commencé, s’étirant sur la moitié de la décennie. Au cours de cette période, plus de 140 attaques-suicides ont été menées par des Palestiniens.

    Saisi par des dizaines de familles de victimes, le tribunal de district de Jérusalem a jugé que l’Autorité palestinienne et l’Organisation de libération de la Palestine portaient une part de responsabilité dans 17 attaques.

    Selon le juge, les deux principales organisations politiques représentant les Palestiniens ont incité à la violence, mais aussi apporté un soutien « financier et pratique » aux assaillants. Le magistrat s’appuie notamment sur des déclarations de Yasser Arafat, alors à la tête des deux organisations visées, et sur la pratique de l’Autorité palestinienne - aujourd'hui au coeur d'un bras de fer entre Israël et le gouvernement palestinien - de verser des pensions aux assaillants.

    Ce jugement, rendu en première instance, marque une victoire pour l’avocate des familles. Elle y voit la preuve que l’intifada « n’était pas un soulèvement populaire ». S’il n’est pas contredit, ce jugement permettra aux familles des victimes de ces 17 attaques de demander des dommages et intérêts à l’Autorité palestinienne et à l’OLP. Des demandes qui pourraient avoisiner 250 millions d’euros selon les estimations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.