GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: deux ans après sa libération du joug de l’EI, la musique revient à Mossoul

    media Scène de la vie quotidienne à Mossoul. Deux ans après la libération de la ville des mains des jihadistes, les Moussoliotes profitent de leur liberté retrouvée (Image d'illustration). © RFI/Murielle Paradon

    Les habitants de Mossoul célèbrent ce mercredi 10 juillet les deux ans de la libération de leur ville. Capitale irakienne de l’organisation État islamique entre 2014 et 2017, les Mossouliottes ont vécu pendant 3 ans sous le joug des jihadistes. Un quotidien régi par la doctrine du groupe terroriste qui interdit l’alcool, la cigarette, mais aussi la peinture, la sculpture et la musique. Deux ans après, la vie artistique reprend progressivement son cours dans la deuxième ville d’Irak, autrefois haut lieu de culture.

    Avec notre envoyé spécial à Mossoul,  Noé Pignède

    C’est un petit studio d’enregistrement enfumé par les cigarettes, où l’on se faufile entre les pianos, les guitares et les flûtes traversières. Redouane, la vingtaine, commence son cours d’Oud. Une scène tout simplement inimaginable, il y a peine deux ans.

    « J’ai commencé à apprendre la musique juste après la libération, explique-t-il. Ça a changé ma vie. Sous Daesh, je devais me cacher pour en écouter alors, quand je suis entré pour la première fois au conservatoire, j’ai ressenti un vent de liberté dans mon cœur. La musique, c’est un moyen de propager la culture, la paix et l’amour entre les gens, de réconcilier les communautés et de combattre la haine. Elle réunit l’humanité tout entière. »

    Assis sur un vieux canapé, son professeur Nabeel Atraqchi l’accompagne à la guitare. Ce Mossouliote de 52 ans se réjouit du retour de la musique dans sa ville natale, après plusieurs années sous la menace des salafistes.

    « C’étaient des jours très sombres. Vous ne pouviez plus écouter de musique à Mossoul. Ils pouvaient vous tuer pour ça. La vie s’était arrêtée. Nous gardions nos instruments cachés. Un de mes amis avait même enterré son violon dans son jardin. Mais aujourd’hui, c’est fini et nous profitons de ce moment de liberté. La vie reprend enfin son cours. »

    ► Écouter la version audio du reportage 09/07/2019 - par Noé Pignède Écouter

    Une ville toujours en ruines

    La ville reste toutefois encore très abimée. La rive ouest de la ville, où s’était déroulée la partie la plus violente des combats, ressemble toujours à un champ de bataille. 8 millions de tonnes de gravats encombrent toujours les maisons, ravagées par les bombardements de la coalition internationale. En se promenant dans les décombres, il n’est pas rare de tomber sur un mortier non explosé, car plusieurs quartiers n’ont toujours pas été déminés.

    Malgré le danger, quelques centaines de familles reviennent vivre dans la vieille ville. Une vie extrêmement difficile, car sur la rive ouest il n’y a plus d’école, pas d’hôpitaux, pas de services publics. Les habitants sont livrés à eux-mêmes, ignorés par le gouvernement.

    Le gouvernement est d’ailleurs la cible de toutes les critiques à Mossoul. Et pour cause, le précédent gouverneur de la ville a détourné 64 millions de dollars destinés à la reconstruction.

    Le meilleur symbole de l’inaction des pouvoirs publics et de la communauté internationale, ce sont peut-être les ruines de la mosquée Al-Nouri et de son minaret millénaire. Il y a 7 mois, l’Unesco organisait une cérémonie pour annoncer sa reconstruction avec ce slogan : « faire revivre l’esprit de Mossoul ». Le chantier n’a toujours pas commencé.

    La mosquée al-Nouri, à Mossoul, en Irak, au minaret millénaire. UNESCO ICONEM

    À écouter aussi : Irak: difficile renaissance de Mossoul un an et demi après la fin de la guerre

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.