GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'ambassade israélienne au Brésil raillée pour une photo pas très casher

    media L'ambassade israélienne au Brésil a tenté de dissimuler le repas partagé par Jair Bolsonaro et l'ambassadeur Yossi Shelley : du homard, un repas non casher. © Istockphotos

    La photo de Jair Bolsonaro et de l’ambassadeur israélien dans le pays déjeunant ensemble à Brasilia, publiée dimanche 7 juillet sur Twitter a déclenché une vague de messages ironiques sur les réseaux sociaux. Au menu de ce repas : du homard, un aliment pas vraiment casher. L'ambassade a tenté de rattraper ce mauvais pas mais sa maîtrise de l'outil de retouche photo a été appréciée à sa juste valeur !

    De notre correspondant à Jérusalem,

    Lorsque l’ambassade d’Israël au Brésil a publié cette photo dimanche 7 juillet, elle a voulu vanter la qualité des relations entre les deux hommes et entre les deux pays. C’est un discours récurrent dans la bouche de Benyamin Netanyahu. « Jamais, dit-il, les relations d’Israël avec le reste du monde n’ont été aussi bonnes » que sous son gouvernement. Et le Brésil est l’un des pays désormais régulièrement cité en exemple.

    Sous les présidences Lula et Roussef, tous deux du Parti des Travailleurs, Brasilia affichait un soutien aux Palestiniens. Depuis la chute de Dilma Roussef, Israël a cherché à améliorer ses relations avec Brasilia. En janvier 2017, quelques mois après la destitution de la présidente de gauche, Benyamin Netanyahu nomme un nouvel ambassadeur à Brasilia en la personne de Yossi Shelley, un de ses proches, membre de son parti, le Likud, et ex-homme d’affaires. Depuis l’élection de Jair Bolsonaro, soutien affiché d’Israël, les liens se sont encore réchauffés. Et la photo de ce déjeuner, en tête à tête, voulait marquer la proximité entre Jair Bolsonaro et Yossi Shelley, louer une fois encore l’amitié entre les deux pays.
     

    Mais la photo posait tout de même un problème à l’ambassadeur israélien. Les deux hommes, en tenue assez décontractée, souriant et partageant un repas dans les jardins de la présidence, l’image était forte. Mais l’ambassade d’Israël au Brésil a réalisé que le contenu des assiettes était problématique pour le diplomate. 

    Au menu des deux hommes, il y avait en effet du homard. Et si le homard est si sensible pour un proche de Benyamin Netanyahu, c’est que les crustacés ne font pas partie des aliments casher, autorisés par les règles religieuses juives. Yossi Sheley et Benyamin Netanyahu n’affichent pas de convictions religieuses mais une partie de l’électorat du Premier ministre pourrait être offusquée par la publicité du non-respect des règles juives.Du coup, l’ambassade israélienne à Brasilia a tenté de masquer le contenu des assiettes en coloriant en noir par-dessus. Mais cela a été fait de manière grossière et ces coups de crayon numériques masquent mal les queues et carapaces des homards.

    Et du coup, cette manœuvre est tournée en dérision : la photo est très largement raillée sur les réseaux sociaux. Il s’agit « de méthodes de camouflage dignes du Mossad », les services secrets israéliens, écrit ironiquement un auteur présent sur le réseau social sous le nom de Ben Yehuda. Alors qu’un autre compte, brésilien, moque la « simplicité » du président Bolsonaro qui mange, dit-il, « de la fumée ».

    La moquerie aurait atteint des cercles institutionnels: une photo attribuée à l’enseigne Domino qui livre des pizzas à domicile montre une image d’une pizza tomate-fromage avec trois ananas grossièrement dissimulés sous des traits noirs et avec cette légende « ces choses qu’on doit vraiment noircir ? Honte à toi, l’ananas ».

     

    Les commentaires sont d’autant plus ironiques qu’un recadrage de la photo était possible. En coupant simplement le bas de la photo, les assiettes ne seraient pas apparues et le « lobstergate », comme il a été rapidement nommé sur les réseaux sociaux, aurait été évité.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.