GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Londres envoie un deuxième navire de guerre dans le Golfe

    media Le destroyer «HMS Duncan» de la Royal Navy navigue dans le Bosphore, à Istanbul, le 12 juillet 2019. Le «HMS Duncan» Royal Navy va être dépêché dans le Golfe pour y rejoindra la frégate «HMS Montrose». REUTERS/Murad Sezer

    Le Royaume-Uni a annoncé ce vendredi 12 vendredi le déploiement d'un second navire de guerre dans le golfe Persique, deux jours après un incident avec la marine iranienne qui avait tenté, selon Londres, d'empêcher le passage d'un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Les relations entre Londres et Téhéran n’ont cessé de se dégrader ces dernières semaines et, dans un contexte extrêmement tendu, les autorités britanniques n’ont voulu prendre aucun risque. Le navire HMS Duncan va donc se rendre dans le Golfe pour relayer la frégate Montrose, déjà sur place pour continuer à assurer la liberté de navigation des navires transitant par le détroit crucial d’Ormuz.

    Qui plus est Londres a également relevé en début de semaine le niveau d’alerte dans les eaux territoriales iraniennes à son échelon maximal. La confrontation mercredi avec trois vedettes iraniennes n’est pas intervenue par hasard : elle fait suite à l’arraisonnement par Londres d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar qui le soupçonne d’avoir voulu livrer du pétrole à la Syrie en violation des sanctions européennes. L’intervention de Londres a provoqué la colère du président iranien Hassan Rohani qui avait alors mis en garde le Royaume-Uni contre des représailles.

    De son côté, le gouvernement britannique insiste sur le fait que la rotation entre ses deux navires dans le Golfe était programmée et a simplement été avancée. Londres affirme ne pas vouloir accroître les tensions avec l’Iran, mais prend le risque avec cette démonstration de force d’adresser le message contraire à Téhéran.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.