GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Les Palestiniens espèrent un soutien international pour empêcher des démolitions

    media Mobilisation pour dénoncer le projet de démolition. © Guilhem Delteil / RFI

    C'est l'histoire singulière d'une communauté palestinienne près de Jérusalem. La zone dans laquelle ils habitent fait officiellement partie des Territoires palestiniens. Mais l'armée israélienne a donné à trois familles jusqu'à jeudi pour détruire dix bâtiments pourtant construits légalement. Israël invoque des raisons de sécurité. Les Palestiniens espèrent désormais obtenir un soutien international pour empêcher ces destructions : une délégation de diplomates s'est rendue sur place ce mardi. Reportage.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

    Lieu reculé, routes en mauvais état, la zone est compliquée d'accès. Mais face aux difficultés rencontrées par les Palestiniens pour construire à Jérusalem, cet emplacement au sud-est de la ville - sous contrôle théorique de l'Autorité palestinienne - est devenu prisé.

    Ismaïl Obeidi vivait avec sa famille dans un autre quartier. Mais son logement était menacé de destruction. Il s'est donc installé à Sur Baher après avoir obtenu, de l'Autorité palestinienne, un permis de construire pour une nouvelle maison. Mais l'armée israélienne la considère trop proche de la barrière de séparation. Le voici à nouveau menacé d'expulsion. « La loi ne protège pas mes droits », explique-t-il aux diplomates.

    Plusieurs représentants de missions diplomatiques à Jérusalem ou Ramallah ont fait le déplacement ce mardi pour comprendre cette réalité compliquée. Adnan Gheith, le gouverneur palestinien de Jérusalem, attend d'eux désormais qu'ils fassent pression sur les autorités israéliennes.

    « Ils doivent mettre fin aux crimes israéliens parce qu'il y a des résolutions de l'ONU qui nous soutiennent. Donc c'est la responsabilité de la communauté internationale dans son ensemble de mettre fin à cette crise humanitaire et ces crimes contre le peuple palestinien à Jérusalem Est. »

    Dans un communiqué, l'Union européenne et ses États membres demandent à Israël de « reconsidérer l'exécution des démolitions prévues et des expulsions ».

    Une quinzaine d’immeubles situés dans une commune de la périphérie de la ville est visée par un ordre de démolition émis par l’armée israélienne. © Guilhem Delteil / RFI
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.