GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Zarif à l’ONU: Washington restreint ses capacités de déplacement

    media Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'un entretien avec Reuters à New York, New York, États-Unis, le 24 avril 2019. REUTERS/Carlo Allegri/File Photo

    C'est une visite qui ne plaît pas beaucoup à l'administration américaine. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est à New York depuis ce week-end. Il est attendu ce mercredi 17 juillet au Conseil économique et social des Nations unies pour une réunion consacrée au développement durable. Si les États-Unis lui ont délivré un visa, comme ils y sont légalement obligés en tant que pays hôte du siège onusien, ils ont restreint au maximum ses capacités de déplacement sur le sol américain.

    Entre le siège de l'ONU et l'immeuble qui héberge la délégation iranienne à New York, il y a dix minutes de marche. C'est en substance le périmètre autorisé à Mohammad Javad Zarif pendant son séjour.

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo invoque un principe de réciprocité pour justifier cette décision : si les diplomates américains n'ont pas le droit de se déplacer « autour de Téhéran », la capitale iranienne, les États-Unis peuvent donc légitimement prendre la même décision pour les Iraniens présents sur leur sol.

    Mohammad Javad Zarif, interviewé par la chaîne NBC, le rappelle, sa visite ne concerne pas Washington : « Je ne suis pas venu ici pour discuter avec l'administration américaine. Je suis ici pour les Nations unies, et les États-Unis ont une obligation légale d'accueil au sein des instances de l'ONU. Si cela ne leur plaît pas, ils peuvent en parler aux Nations unies, pas à moi. »

    Les deux pays sont en rupture diplomatique depuis la Révolution islamique iranienne de 1979. Le visa restrictif accordé à Mohammad Javad Zarif est une nouvelle illustration des tensions actuelles entre Washington et Téhéran. Mais le chef de la diplomatie iranienne tend la main à la Maison Blanche dans son interview accordée la chaîne américaine NBC : l'Iran est prêt à trouver des solutions à cette crise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.