GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: un festival annule le groupe Mashrou’ Leila sous la pression religieuse

    media Le groupe de rock alternatif libanais Mashrou' Leila ici au festival Rock en Seine, au Domaine national de Saint-Cloud, le 26 août 2018. Edmond Sadaka/RFI

    Le Festival international de Byblos a annoncé mardi 30 juillet l'annulation du concert du groupe libanais de rock alternatif Mashrou’ Leila, programmé pour le 9 août prochain, après une vaste polémique. Le groupe a été accusé d'atteinte aux valeurs chrétiennes et d’encouragement à l’homosexualité et ne pourra pas jouer ses morceaux engagés qui dénoncent l’homophobie.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Après deux semaines d’une polémique qui n’a cessé d’enfler, sur fond d’accusations d’atteinte aux croyances religieuses chrétiennes et d’encouragement à l’homosexualité, le spectacle du groupe Machrou’ Leila, qui a enchaîné les concerts partout dans le monde, a été annulé.

    Les organisateurs du Festival international de Byblos invoquent des raisons de sécurité, affirmant dans un communiqué que le concert a été annulé pour « éviter une effusion de sang et préserver la stabilité, contrairement aux comportements de certains », en allusion aux initiateurs de la campagne qui a ciblé le groupe.

    Il s’agit essentiellement de militants de partis chrétiens et de certains milieux ecclésiastiques. La justice, elle, est restée neutre, surtout que les chansons pointées du doigt ont déjà été chantées au Liban ces dernières années.

    Réagissant à l’annulation du concert, le groupe a dénoncé une campagne infondée et diffamatoire. Dans un long communiqué publié mardi 30 juillet, il s’est défendu de porter préjudice aux croyances religieuses et a qualifié de « dure et oppressante » la campagne qui l’a visé.

    Le groupe a affirmé que l’expérience qu’il a vécue l’a convaincu de la fragilité de la situation au Liban.

    Des ONG comme Amnesty International ou Human Rights Watch ont condamné la campagne qui a visé Machrou’ Leila, estimant qu’il s’agit « d’un pas en arrière pour le Liban ».

    Les pressions, les intimidations, les menaces, mais surtout l’intolérance, auront finalement gagné dans ce bras de fer, au grand dam d’une bonne partie des Libanais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.