GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Qui dirige l'UNRWA, en pleine tourmente ?

    media Des Palestiniens empile des sacs de farine devant un centre de distribution de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Bureij au centre de la Bande de Gaza, le 31 juillet 2019. SAID KHATIB / AFP

    Un rapport interne et confidentiel a révélé cette semaine de graves manquements éthiques au sommet de l’agence onusienne en charge des réfugiés palestiniens au Proche-Orient. Cette enquête fait état entre autre de «népotisme, de représailles et de discriminations». Des accusations qui visent directement Pierre Krahenbuhl, le commissaire-général de l’UNRWA et son entourage. En réaction, l’ONU a annoncé avoir nommé un nouveau commissaire-adjoint. Mais ce changement mineur n’est pas une mesure punitive.

    Officiellement, l’adjointe du commissaire-général de l’UNRWA a été remplacée in extremis cette semaine. En fait, elle avait démissionné quelques jours avant la fuite de l'enquête interne qui accuse ladite adjointe d’avoir facilité le recrutement de son mari à un poste mieux rémunéré.

    Ce rapport accablant pointe également une autre assistante de Pierre Krahenbuhl, propulsée au poste de conseillère principale après avoir noué une relation amoureuse avec le commissaire-général. 

    Contactée par RFI, la porte-parole de l’UNRWA confirme que cette conseillère est, elle, toujours en poste. Pourtant mis en cause pour « mauvaise gestion » et « abus d’autorité », Pierre Krahenbuhl  refuse de s’exprimer, alors même que son image est sérieusement écornée.

    Deux bailleurs de fonds importants, la Suisse et les Pays-Bas ont suspendu leur contribution additionnelle dans l’attente d’éclaircissements. Un nouveau coup dur pour cette agence onusienne en charge de 5,4 millions de réfugiés palestiniens au Moyen-Orient. L'affaire intervient moins d’un an après l’arrêt total du financement américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.