GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Yémen: le camp loyaliste de nouveau agité par les velléités sécessionnistes du Sud

    media Combats à Aden, au sein de factions scencées être unies contre les rebelles houthis dans le nord, le 8 août 2019. REUTERS/Fawaz Salman

    Au Yémen, des affrontements ont lieu depuis plusieurs jours à Aden, au sein de factions censées être unies contre les rebelles houthis dans le nord. Ces affrontements ont fait douze morts, neuf combattants et trois civils, seulement pour la journée de jeudi. Ils font craindre l'ouverture d'un nouveau front, dans une guerre déjà très meurtrière.

    C'est une guerre dans la guerre. Alors que le gouvernement yéménite combat depuis 2015 des rebelles, les Houthis, avec l'aide d'une coalition menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, des affrontements ont lieu au sein du camp progouvernemental.

    Ils opposent d'un côté des soldats fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, actuellement en exil en Arabie saoudite et de l'autre des miliciens séparatistes, soutenus par les Émirats arabes unis. Ces miliciens veulent renverser le gouvernement actuel pour créer un Yémen du Sud, comme c'était le cas avant 1990, lorsque le pays était séparé en deux. A la faveur du chaos actuel au Yémen, le Sud est de nouveau agité de revendications autonomistes.

    En mai 2017 déjà, la création d'un « Conseil de transition du Sud » avait été annoncée. Un conseil dirigé par 26 personnalités, parmi lesquelles les gouverneurs de toutes les provinces du sud du Yémen et des ministres du gouvernement d'Abd Rabbo Mansour Hadi.

    À lire aussi : Aucune paix en vue au Yémen après quatre années de guerre

    Ces derniers combats se déroulent à Aden, la grande ville du Sud, qui sert de capitale temporaire du pays depuis que Sanaa est aux mains des Houthis. Des combats de rue, parfois à l'arme lourde, qui mettent en danger la population, obligée de rester cloîtrée chez elle. En janvier 2018, des affrontements similaires avaient eu lieu, faisant des dizaines de morts.

    À lire aussi: [Analyse] Yémen: comprendre un si long conflit

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.